Crudessence ferme ses deux restaurants à Montréal

Le restaurant de la rue Mackay a fermé... (Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse)

Agrandir

Le restaurant de la rue Mackay a fermé début juillet. Celui de la rue Rachel, le premier Crudessence, fermera prochainement.

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

L'entreprise agroalimentaire spécialisée en alimentation vivante Crudessence va fermer ses deux restaurants montréalais. La société continue d'exploiter six comptoirs dans des magasins d'alimentation naturelle et de cuisiner ses plats prêts à manger.

Le restaurant de la rue Mackay a fermé début juillet. Celui de la rue Rachel, le premier Crudessence, fermera prochainement.

« Les restaurants étaient ouverts depuis cinq ans. Il y a des baux qui arrivent à terme. On est en stratégie de repositionnement de nos sites. On a décidé de ne pas réinvestir dans certains lieux qui ne nous apportaient pas assez de visibilité », explique au téléphone Dominic Bujold, propriétaire de Crudessence.

Par exemple, l'établissement du 105, rue Rachel Ouest fonctionnait l'été avec la clientèle qui mange au parc Jeanne-Mance ; mais l'hiver, c'était mort.

M. Bujold a racheté l'entreprise du fondateur David Côté il y a un an et demi. Il n'est pas exclu que de nouveaux restaurants ouvrent leurs portes. « On regarde des sites, dit M. Bujold. La bouffe santé est en croissance et nous continuons notre stratégie pour satisfaire notre clientèle en élaborant de nouveaux menus. »

L'entreprise de 60 employés dispose toujours de six comptoirs de service dans les magasins Avril du Québec et exploite une cuisine centrale, rue Fullum, dans le Centre-Sud, qui distribue ses produits prêts à manger dans plus de 250 épiceries et magasins, comme des Rachelle-Béry.

- Avec la collaboration de William Leclerc

«« On est en stratégie de repositionnement de nos sites. On a décidé de ne pas réinvestir dans certains lieux qui ne nous apportaient pas assez de visibilité. »

- Dominic Bujold, propriétaire de Crudessence»





publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer