Du miel frauduleux au Québec

Des tests faits par Protégez-vous ont révélé que... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des tests faits par Protégez-vous ont révélé que 31% des miels achetés au hasard au Québec étaient de mauvaise qualité ou même dilués.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le miel est un aliment particulièrement vulnérable à la fraude alimentaire. Des tests commandés par Protégez-vous révèlent un taux de non-conformité extrêmement élevé sur des produits achetés ici.

Des tests faits par Protégez-vous ont révélé que 31% des miels achetés au hasard au Québec étaient de mauvaise qualité ou même dilués. 

L'équipe du magazine québécois a fait analyser 36 pots de miel provenant de différents commerces : supermarchés, boutiques d'aliments naturels ou magasins à bas prix. Onze échantillons ont révélé des anomalies, que ce soit un défaut de fabrication ou même la présence d'autres sucres.

Selon des tests de résonance magnétique nucléaire, c'était le cas de deux pots qui contenaient d'autres sucres que le miel : un produit provenant d'Inde, Miel Pur de Lady Sarah, et un autre fabriqué à Dunham, au Québec, le Miel d'été des Trois acres.

«Étant donné que certains sucres coûtent beaucoup moins cher que le miel, des producteurs pourraient être tentés d'allonger leur produit pour augmenter leur profit», explique l'article. 

«C'est impossible»

Joints par La Presse en fin de journée, hier, les deux apiculteurs des Trois acres étaient catastrophés. Ils ne savaient pas que leur miel avait été testé et encore moins qu'on y avait trouvé 6,5% de sucrose. Liliane Morel et Stephen Crawford contestent vigoureusement le résultat des tests de Protégez-vous

«C'est impossible», affirme le couple qui possède une centaine de ruches dans les Cantons-de-l'Est, pour une petite production annuelle d'environ 15 000 livres. Le miel des Trois acres est récolté à la ferme et mis en pots sur place. 

Le couple estime qu'il y a erreur quelque part : soit le test est problématique, soit l'équipe de Protégez-vous a mis la main sur un pot qui aurait fait l'objet d'une fraude à l'extérieur de la ferme, quoique les apiculteurs québécois ne croient pas beaucoup à cette deuxième hypothèse. 

«Ça fait 27 ans qu'on fait du miel, cette histoire peut ruiner notre carrière», affirme Stephen Crawford des Trois acres.

«Pour le profil par résonance magnétique nucléaire, il n'y a pas de marge d'erreur pour cette analyse. Le profil du produit est atypique», a précisé hier soir par courriel la directrice du contenu et des communications de Protégez-vous, Julie Gobeil. 

«Nous avons testé chaque miel une seule fois, mais sur différents paramètres. Le Miel d'été de l'entreprise Les Trois acres a échoué à la fois le profilage par résonance magnétique nucléaire et la mesure du taux de sucrose, ce qui indique qu'il y a vraiment un problème», a précisé Mme Gobeil.

Protégez-vous n'a pas voulu dévoiler qui a fait les tests, mais précise qu'il s'agit «d'un important laboratoire français spécialisé dans les analyses chimiques». 

Miel rare

Si vous payez une fortune pour votre miel de manuka parce qu'on lui prête des vertus médicinales, sachez que les petites abeilles à l'origine du produit n'ont peut-être jamais vu de manuka de leur vie...

Dans le numéro du mois de juin de Protégez-vous, on découvre donc que quatre des cinq miels de manuka testés n'ont pas les «caractéristiques chimiques habituelles de ce type de miel». Le manuka est une plante d'Océanie utilisée en herboristerie médicinale. Parmi les fautifs, le Manuka du Choix du Président. Les autres miels de manuka qui n'ont pas passé le test sont de marque Wedderspoon et Manuka Health. L'équipe de Protégez-vous note toutefois que l'échantillon le plus cher testé, le Manuka Or de Manuka Health, est authentique. 

Défaut de goût

Parmi les autres produits trouvés fautifs par le reportage de Protégez-vous, on note des miels qui présentent des signes de surchauffe. «Ce type de problème, qui peut se produire notamment pendant la phase d'extraction, altère le goût du miel, mais ne le rend pas impropre à la consommation», indique la rédaction. Un miel naturel canadien de Labonté a révélé ce défaut. 

Ce n'est pas la première fois que du miel est altéré. Le miel se trouve régulièrement sur les listes des aliments les plus souvent contrefaits dans le monde, aux côtés de l'huile d'olive et de l'alcool.

Au Canada, le miel reçoit une attention particulière de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Sur 266 échantillons de miel importé analysés par l'Agence entre le 1er avril 2013 et le 31 janvier 2017, 19 étaient altérés, soit un taux de non-conformité de 7%.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer