Ultima : les deux VP ont complété leur semaine d'immersion française

Lors de l'assemblée annuelle d'Agropur, le 10 février,... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Lors de l'assemblée annuelle d'Agropur, le 10 février, le chef de la direction Robert Coallier a minimisé l'embauche de cadres ne parlant pas français chez le fabricant de yogourt Iögo.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Les deux vice-présidents unilingues anglais du fabricant de yogourt Iögo ont terminé leur cours d'immersion française d'une semaine.

La Presse Affaires a communiqué avec la coentreprise d'Agropur pour avoir des détails sur la formation linguistique que doivent suivre Simon Small, vice-président marketing, et Dan Jewell, vice-président opérations, qui ont été embauchés dans les derniers mois.

Dimanche dernier, le chef de la direction de la coopérative laitière, Robert Coallier, s'est dit publiquement « désolé » d'avoir minimisé l'embauche de cadres ne parlant pas français lors de l'assemblée annuelle de la coopérative, mercredi 10 février, en défendant leur compétence. Il annonçait à la même occasion que les deux cadres allaient immédiatement suivre des cours de français.

À partir de la semaine prochaine, les cours cesseront d'être intensifs, mais ils se poursuivront tout au long de l'année chaque semaine, a indiqué Ultima dans un courriel. Quant au résultat espéré, la direction va s'assurer que MM. Small et Jewell puissent « communiquer adéquatement en français dans des délais raisonnables », délais qui n'ont pas été précisés par la société.

Ultima n'a pas répondu à notre question portant sur la suite des événements advenant le cas où les deux élèves n'arriveraient toujours pas à communiquer en français à un niveau adéquat.

DES RÉUNIONS ET DES DOCUMENTS EN ANGLAIS SEULEMENT

Dans ce même courriel, la direction d'Ultima a par ailleurs reconnu des faiblesses dans l'utilisation du français au sein de l'entreprise.

« Nous prenons immédiatement les mesures nécessaires afin de nous assurer du respect du français comme langue de travail et de communication dans nos activités au Québec, ce qui inclut des mesures relatives à la documentation et lors de la tenue de réunions », a répondu Diane Jubinville, directrice des communications corporatives chez Ultima dans un courriel. Elle répondait à nos questions sur la place du français dans les réunions du comité de direction et dans l'équipe de marketing.

Sous le couvert de l'anonymat, des témoignages chez Ultima avancent que les réunions et les courriels de l'équipe de marketing se font en anglais depuis la nomination de M. Small et l'embauche subséquente de plusieurs cadres unilingues anglais au sein de son équipe. Des documents d'entreprise sont rédigés en anglais uniquement.

Ultima fabrique du yogourt à Granby depuis 1972. Dirigée depuis Longueuil, Ultima est un acteur pancanadien depuis 1993, avec la fusion avec Olympic Dairy, de Colombie-Britannique. La part de marché de Iögo s'élève à 19 % au Québec et 13 % au Canada. Ultima appartient à 50 % à Agrifoods, de l'Ouest, et à 50 % à Agropur, coopérative laitière comptant plus de 3367 producteurs-membres, la grande majorité issue du Québec.

L'histoire se répète

La Caisse de dépôt, autre institution québécoise, avait été autrement plus exigeante qu'Agropur quand elle avait dû faire face à la tempête soulevée par l'emploi de patrons uniligues anglais en novembre 2011.

Sa filiale immobilière Ivanhoé Cambridge comptait alors deux patrons, Kim McInnes et David Smith, qui ne pouvaient s'exprimer dans la langue de Molière. Une situation qui avait soulevé le mécontentement de certains employés qui se voyaient ainsi imposer l'anglais comme langue de travail. Ceux-ci avaient déposé une plainte à l'Office québécois de la langue française.

Quand la controverse a éclaté, en novembre 2011, l'institution avait envoyé M. Smith, vice-président ressources humaines, en immersion française pendant trois mois. Quant à M. McInnes, président de l'exploitation, il avait vu sa charge de cours de langue passer à trois séances par semaine pour six heures de cours sur une base hebdomadaire.

Quelle a été leur note finale ? M. Smith a rapidement été muté à Toronto, où il a continué de s'occuper des ressources humaines pour Ivanhoé, sauf au Québec. Il a finalement quitté le géant immobilier en octobre 2014. Il est devenu consultant pour DACAS Talent Management Solutions, de Toronto, selon son profil LinkedIn. Quant à Kim McInnes, il a quitté l'organisation en novembre 2012. Il agit depuis à titre de président et chef de la direction de la société immobilière Triovest, à Toronto.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer