Les altermondialistes débarquent à Montréal

Le Forum social mondial est né à Porte... (Photo Dado Galdieri, Archives Associated Press)

Agrandir

Le Forum social mondial est né à Porte Alegre, au Brésil, en 2001, pour permettre aux citoyens de mettre en commun leurs idées et leurs solutions pour créer « un monde meilleur ».

Photo Dado Galdieri, Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Environ 50 000 altermondialistes du Québec et d'ailleurs sont attendus à Montréal à partir du 9 août pour participer au Forum social mondial (FSM), qui se tient pour la première fois dans un pays occidental.

Né à Porto Alegre, au Brésil, en 2001, le FSM veut permettre aux citoyens de mettre en commun leurs idées et leurs solutions pour créer « un monde meilleur ». « Nous voulons toucher les consciences et permettre aux gens d'agir ensemble par le réseautage », explique Carminda MacLorin, qui fait partie de l'organisation, composée en majorité de bénévoles.

Que se passera-t-il au FSM de Montréal?

Plus de 1200 activités auront lieu dans 11 endroits du centre-ville de Montréal et aux alentours, présentées par plus de 1000 organisations provenant de 118 pays, du 9 au 14 août. Les organisateurs attendent environ 50 000 participants, provenant en majorité du Québec. Environ 10 % des participants devraient venir d'ailleurs au Canada, et 10 % d'ailleurs dans le monde.

De quoi parlera-t-on?

De changements climatiques, de responsabilité sociale des entreprises, de démilitarisation, de lutte contre le racisme, de droits des travailleurs, d'inégalités socioéconomiques, de l'impact de la finance internationale et de l'industrie minière, des luttes autochtones et féministes, entre autres.

Quels sont les événements phares?

Le forum débutera dans l'après-midi du 9 août au parc La Fontaine, où des ateliers créatifs précéderont une grande « marche festive » en direction de la place des Festivals, où se produiront en soirée des artistes tels que Queen Ka, Coral Egan, Tomas Jensen et Bïa.

Les jours suivants, le FSM propose 22 grandes conférences à l'UQAM, à l'Université McGill, au cégep du Vieux Montréal et au Monument-National. Des activités artistiques auront lieu au Complexe Desjardins, à la Société des arts technologiques et au parc Jarry. Un « village social mondial » sera aménagé sur l'esplanade Clark, près de la rue Sainte-Catherine.

Des activités seront aussi organisées spécialement pour les enfants et les adolescents.

Qui sont les têtes d'affiche?

Notamment l'auteure et activiste canadienne Naomi Klein, l'économiste italien Ricardo Petrella, le philosophe et sociologue français Edgar Morin, le vice-président socialiste de la Bolivie Álvaro García Linera et le professeur de management à l'Université McGill Henry Mintzberg.

Pourquoi le FSM?

Il a été créé en se présentant comme une solution de rechange sociale au Forum économique mondial, qui se déroule chaque année en janvier à Davos, en Suisse.

Raphaël Canet, professeur en développement international à l'Université d'Ottawa, qui a participé à tous les forums des 10 dernières années, souligne que l'événement a permis de mettre plusieurs enjeux importants à l'ordre du jour. « Maintenant, quand on parle de l'argent caché dans les paradis fiscaux, les gens comprennent de quoi il s'agit, note-t-il. On a aussi montré les liens entre les changements climatiques et les inégalités sociales. Notre dépendance au pétrole et notre recherche de la croissance à tout prix finissent par causer des pertes d'emplois. »

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer