Fin du lockout pour les 110 travailleurs de l'hôtel Vogue

La Presse Canadienne

Une entente a été conclue entre la direction de l'hôtel Loews Vogue de Montréal et les 110 travailleurs de l'établissement, qui étaient en lockout depuis le 5 avril.

Au coeur de la résolution du conflit de travail se trouve une augmentation salariale de 7,5 pour cent sur cinq ans. Les hausses ne seront cependant effectives qu'à partir de la troisième année, afin de permettre des investissements substantiels pour que l'hôtel soit «mis à niveau».

Une douzaine de travailleurs affectés au service aux chambres perdront leur emploi, mais obtiendront certaines compensations pour faciliter leur départ.

L'entente, qui comprend plusieurs réaménagements à la convention collective, a été entérinée mardi dernier, par 70 pour cent des employés.

Par voie de communiqué, la direction de l'hôtel a indiqué samedi que l'établissement cinq étoiles traversait actuellement une période de changements, notamment avec une «réorganisation complète des services de restaurant» et des rénovations majeures, qui doivent être complétées à la fin du mois.

L'entreprise souhaite être fin prête pour le 375e anniversaire de la fondation de Montréal, en 2017, dont les célébrations devraient amener une manne de touristes dans la métropole.

«Le moral des troupes est bon, bien entendu, il y a toujours des gens qui sont insatisfaits et c'est bien normal, ils auraient voulu obtenir plus, mais la démocratie a parlé», a indiqué le directeur des communications de Teamsters Canada, qui représente les employés de l'hôtel, Stéphane Lacroix.

Les travailleurs ont repris le chemin du boulot, vendredi.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer