La Ronde prend le virage famille

Sur le même thème

La Ronde, de Montréal, un des 21 parcs du géant Six Flags, de New York, prend le virage famille, mais sans négliger les ados et les jeunes, et met le cap sur la qualité de calibre international.

Arrivé à la barre il y a cinq mois, le président de La Ronde, Marc Tremblay, compte atteindre sa cible en 2009, déclare-t-il à La Presse Affaires. La Ronde attirera autant les enfants qu'elle le fait déjà avec les adolescents et les jeunes. «Watch out, j'arrive», lance-t-il.

Acquise par Six Flags en 2001, La Ronde amorce sa saison samedi prochain (19 mai) après avoir déjà été transformée par les 78 millions investis en cinq ans, mais Marc Tremblay veut la métamorphoser.

Avec 2000 employés, dont 1600 étudiants, le président veut «renouveler l'expérience» du plaisir à La Ronde. Les derniers investissements visent l'amélioration du confort des clients, de la propreté et de la sécurité du parc d'attractions.

Six Flags a signé un bail de 90 ans avec Montréal et a pris l'engagement d'investir 90 millions d'ici 2010. Et après? «Les investissements vont continuer», assure le président.

Marc Tremblay veut faire de La Ronde le leader au Canada, devant le Canada Wonderland, de Toronto. Déjà, La Ronde dépasse Wonderland avec Goliath et ses plus imposantes montagnes russes du Canada, un investissement de 18 millions, souligne le président.

À terme, d'ici 2009 sans doute, Marc Tremblay veut faire débarquer à La Ronde les personnages de Warner Bros et DC Comics, comme Bugs Bunny et Batman, dont Six Flags a acquis les droits, et doubler le nombre de visiteurs. Sous la direction de la Ville, La Ronde attirait 1,1 million de visiteurs et elle doit passer le cap des deux millions. Le président ne divulgue pas l'affluence de 2006.

La Ronde doit devenir un Disney à prix abordable et Marc Tremblay va s'inspirer du Cirque du Soleil et de Tremblant, où il a auparavant fait carrière.

Pourtant, La Ronde c'est trop cher, lancent des critiques. «Jamais de la vie», réplique Marc Tremblay. Cette année, le prix du billet d'adulte augmente de 1$, à 37$, comparativement à 27$ pour celui d'un enfant. Le passeport de saison coûte 90$, mais 81,25$ d'ici le 10 juin.

Pour profiter au maximum de sa journée, La Ronde propose la passe Flash, un nouvel appareil électronique loué à 12$, qui permet de réserver son heure d'embarquement sur 17 manèges et de couper les files d'attente.

Quant aux groupes, ils profitent de nombreuses promotions. En outre, le président «travaille sur une grille de prix très étoffée pour 2007, afin que tous puissent aller à La Ronde à bon marché».

La Ronde célèbre cette année son 40e anniversaire, avec 40 manèges et 40 spectacles, dont ceux de groupes rock tous les vendredis soirs auxquels le billet d'admission permet d'assister.

Marc Tremblay a aussi investi 1 million pour faire renaître Le Galopant, le plus vieux carrousel de ce type au monde, construit en Belgique en 1885, vendu à New York en 1964 et racheté par Montréal pour l'Expo 67.

«C'est un cadeau aux Montréalais. Le patrimoine bien géré, c'est payant, assure Marc Tremblay. Montréal a beaucoup d'attraits culturels de grand calibre, mais il en manque pour la famille.»

«La Ronde fait des profits comme toute compagnie qui a une bonne performance», assure Marc Tremblay, mais c'est loin d'être le cas de Six Flags qui a déclaré des pertes de 160 millions US pour ses trois premiers mois de l'année.

Le 6 avril dernier, la compagnie a vendu sept parcs, au prix de 275 millions US, dans le cadre d'un plan de redressement de quatre ans bien amorcé, selon Marc Tremblay.

Six Flags mise aussi sur un virage famille et sur l'amélioration de l'expérience du visiteur pour ses 19 parcs américains et celui de Mexico, avec une nouvelle direction menée par le président, Mark Shapiro.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer