Les multiples possibilités du REER

Dossiers  »

REER 2013

REER 2013

L'heure de cotiser à votre REER approche. Vous trouverez une foule de conseil pratiques dans notre dossier REER 2013. »

Le REER est un outil destiné à reporter la taxation des revenus, habituellement... (Illustration La Presse)

Agrandir

Illustration La Presse

Didier Bert, collaboration spéciale
La Presse

Le REER est un outil destiné à reporter la taxation des revenus, habituellement en vue de la retraite. À ce titre, il peut être utilisé pour satisfaire des besoins personnels particuliers.

Q: Peut-on cotiser sans déclarer?

R: Un épargnant peut très bien alimenter son REER sans déclarer sa cotisation. C'est dans son intérêt s'il prévoit améliorer ses revenus durant les années à venir. Il attendra alors cette année faste pour déclarer son versement. Comme son taux d'imposition sera plus élevé, il profitera d'un report d'impôt supérieur. C'est une manière d'optimiser fiscalement ses droits de cotisation.

Q: Ai-je le droit d'alimenter le REER de mon conjoint?

R: Avec la possibilité de fractionner les revenus de retraite, les couples pensent moins à utiliser la cotisation au REER du conjoint. Pourtant, cette option permet au conjoint cotisant de bénéficier immédiatement d'un allègement de ses impôts. Ce qui est pris n'est plus à prendre: l'épargnant prend une forme d'assurance contre de futurs changements des lois fiscales.

Aussi, si le conjoint cotisant est le plus jeune du couple, il donne les moyens à son partenaire de prendre sa retraite sans attendre. Si le conjoint cotisant est le plus âgé, et même s'il a plus de 71 ans, il peut effectuer des versements sur le REER de son conjoint tant que le bénéficiaire a moins de 71 ans.

Q: Qu'arrive-t-il si je retire de l'argent de mon REER avant la retraite?

R: La cotisation au REER permet de reporter l'impôt jusqu'à la retraite, c'est-à-dire une période durant laquelle les revenus sont habituellement inférieurs à ceux reçus durant la vie active. Mais l'épargnant peut envisager d'effectuer des retraits sur son REER si ses revenus de retraite s'annoncent supérieurs à ses revenus présents. C'est le cas s'il prend une année sabbatique durant sa vie active, par exemple. Son retrait sera alors ajouté à ses revenus de l'année. Mais comme ceux-ci sont faibles ou nuls, l'argent retiré sera moins taxé que si l'épargnant avait attendu sa retraite. Son institution financière pourra cependant lui facturer des frais de retrait.

Q: Y a-t-il des avantages à autogérer mon REER?

R: L'épargnant peut prendre en main lui-même son REER, en y incluant des placements qui y sont admissibles. Il évitera ainsi des frais de gestion et bénéficiera de frais de transactions moindres, notamment en utilisant les services de firmes de courtage direct. Il devra débourser des frais annuels pour utiliser ces services. L'épargnant autonome devrait cependant éviter de rester isolé: il n'y a rien de tel qu'une discussion avec ses pairs ou avec un conseiller financier pour prendre du recul sur sa stratégie d'investissement!

Q: Puis-je utiliser mon REER pour acheter une maison?

R: Avec le Régime d'accession à la propriété (RAP), l'épargnant qui achète sa première maison a le droit de retirer jusqu'à 25 000$ de son REER, sans être imposé sur ce retrait. Avec un conjoint admissible, c'est un total de 50 000$ que le couple peut investir dans l'achat de son logement. Le retrait du REER devra être remboursé au bout de 15 ans, mais les remboursements devront avoir commencé au plus tard 2 ans et 60 jours après la fin de l'année du retrait. Cela permet d'économiser des intérêts sur l'emprunt hypothécaire, sans perdre le bénéfice du REER.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer