David Baazov et Canaccord poursuivis à Dubaï

David Baazov, ex-PDG d'Amaya... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

David Baazov, ex-PDG d'Amaya

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Litiges économiques

Litiges économiques

Ne manquez rien de notre dossier sur les crimes économiques »

Richard Dufour

Un investisseur de Dubaï a intenté un recours en justice plus tôt cette année contre le Montréalais David Baazov et Canaccord Genuity, a appris La Presse.

Le président de la firme KBC Aldini Capital, Kalani Lal, soutient qu'il y a eu utilisation frauduleuse de son nom et de sa signature par l'ex-PDG d'Amaya et l'entreprise canadienne de services financiers Canaccord. La poursuite a été déposée le 3 janvier à Dubaï.

Cette information est révélée dans un document produit par l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans le cadre de son enquête visant, notamment, à démontrer la transmission de renseignements faux et trompeurs au marché par David Baazov.

Joint au téléphone par La Presse, Kalani Lal a confirmé la poursuite, mais n'a pas souhaité réagir. « Puisque le dossier est devant la cour, je ne peux le commenter. Ce ne serait pas approprié », a-t-il dit.

David Baazov a utilisé les services de Canaccord à plusieurs reprises dans la réalisation de transactions au cours des dernières années. Canaccord était notamment le conseiller d'Amaya lors de l'acquisition de PokerStars il y a trois ans, qui a fait de l'entreprise alors établie à Montréal le numéro un mondial du poker en ligne.

PROJET DE RACHAT

Les événements impliquant KBC Aldini Capital remontent à l'automne dernier lorsque David Baazov se proposait de racheter Amaya, cette entreprise aujourd'hui connue sous le nom de Groupe Stars.

Pour l'aider à financer son projet de rachat, David Baazov avait indiqué en novembre avoir conclu des lettres d'engagement de participation exécutoires avec KBC Aldini Capital et trois autres sociétés.

La semaine suivante, David Baazov avait fait volte-face en révélant ne pas avoir obtenu le consentement de KBC Aldini Capital pour l'aider à financer son offre de rachat.

ENGAGEMENT DÉMENTI

En décembre dernier, un enquêteur de l'AMF a contacté le président de KBC. L'AMF rapporte que Kalani Lal a dit ne pas connaître David Baazov et ne jamais lui avoir parlé.

« La clientèle de KBC est majoritairement de confession musulmane, c'est donc dire que KBC n'investira jamais dans une entreprise de jeu, sinon elle perdrait tous ses clients  », peut-on lire dans le document obtenu par La Presse.

« Kalani Lal doit répondre à de nombreux appels de ses clients qui ont vu ou entendu parler de l'annonce de David Baazov, ce qui lui cause beaucoup de soucis. » - Extrait du document produit par l'AMF

« Kalani Lal aurait été contacté par Canaccord pour négocier une reconnaissance de sa part de l'authenticité de la lettre d'intention de KBC en appui à l'annonce de David Baazov. Kalani Lal a demandé à voir la prétendue lettre de KBC, mais ne l'a jamais vue », est-il également indiqué.

L'AMF dit avoir obtenu une copie de la lettre en question auprès de Canaccord et qu'elle apparaît fausse.

Le projet de rachat par David Baazov, qui avait été lancé huit mois après le dépôt d'accusations pour délit d'initié à son endroit, ne s'est jamais concrétisé. Son procès doit débuter en décembre prochain.

David Baazov et Canaccord n'ont pas répondu aux messages laissés par La Presse.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer