Bombardier: publicité inespérée pour la C Series

Fred Cromer, président de la division Avions commerciaux chez... (photo Graham Hughes, la presse canadienne)

Agrandir

Fred Cromer, président de la division Avions commerciaux chez Bombardier

photo Graham Hughes, la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Litiges économiques

Litiges économiques

Ne manquez rien de notre dossier sur les crimes économiques »

Le conflit qui l'oppose à Boeing pourrait faire très mal à Bombardier, mais il y a quand même un peu de positif, a indiqué hier le président de la division Avions commerciaux, Fred Cromer : il attire l'attention sur les avions C Series.

Les avions de la C Series sont plus économes... (PHOTO ALAIN ROBERGE, archives LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les avions de la C Series sont plus économes en carburant que les promesses faites par Bombardier à ses clients.

PHOTO ALAIN ROBERGE, archives LA PRESSE

Un avion CRJ-900 de Bombardier... (photo archives reuters) - image 1.1

Agrandir

Un avion CRJ-900 de Bombardier

photo archives reuters

« Ce n'est pas le genre d'attention que je voulais, mais elle vient pour une raison et c'est parce que cet avion fait un travail exceptionnel », a indiqué hier M. Cromer, lors d'une séance de questions et réponses avec des journalistes de partout dans le monde invités à son usine de Mirabel.

M. Cromer était interrogé sur les conséquences de la plainte déposée à son endroit par Boeing sur l'appétit des acheteurs.

« Il n'y a aucun impact sur les discussions que nous avons avec des transporteurs », a ajouté le vice-président principal aux ventes et à la gestion des actifs, Colin Bole.

« En fait, ça a attiré plus de publicité sur le fait qu'il s'agit d'un avion exceptionnel et que Boeing agit par peur. » - Colin Bole, vice-président principal aux ventes et à la gestion des actifs

Les deux dirigeants n'ont pas voulu confirmer si l'entreprise était impliquée dans des négociations avec Boeing en vue du retrait de cette plainte. Par contre, ils ne se sont pas montrés fermés à l'idée.

« On va regarder ce qui est dans le meilleur intérêt de Bombardier et du programme C Series », a simplement annoncé M. Cromer.

Il y a bien eu des négociations impliquant au moins le gouvernement du Canada et Boeing, a confirmé hier l'ambassadeur du Canada aux États-Unis, David McNaughton. Celles-ci sont toutefois rompues, Boeing ayant quitté la table.

PLUS ÉCONOMES

On savait les avions de la C Series encore plus économes en carburant que les promesses faites par Bombardier à ses clients. Pour la première fois hier, l'entreprise a chiffré cette économie supplémentaire : 3 %.

La division des avions commerciaux de Bombardier accueillait, hier, des journalistes de partout dans le monde pour faire le point sur l'état de ses activités. Elle en a profité pour lever le voile sur cette information jusque-là restée confidentielle.

Selon Sven Thalek, coresponsable de la flotte d'avions C Series chez Swiss, les avions de Bombardier ont jusqu'ici permis au transporteur suisse d'économiser de 18 à 28 % en carburant par rapport aux autres avions actuellement en production. Les routes les plus courtes ont généré des économies de 18 %, tandis que les plus longues, entre Genève et Moscou ou Athènes dans le cas de Swiss, ont permis de récupérer 28 %.

UN PEU D'ATTENTION AUX CRJ

Bombardier a aussi profité de la journée d'hier pour dévoiler un nouvel aménagement de cabine qui sera offert à compter de la deuxième moitié de 2018 sur ses avions régionaux CRJ-900.

Baptisée « Atmosphère », cette nouvelle cabine s'inscrit dans un effort effectué par Bombardier depuis environ deux ans pour revitaliser ses lignes CRJ et Q400, qu'elle admet avoir un peu négligées dans le cadre du développement de la C Series. Cela avait notamment permis à ses rivaux Embraer et ATR d'amasser les commandes.

« Pendant un temps, nous n'avons pas été au sommet de notre art avec le marketing du Q400 et des CRJ, a admis M. Bole. Là, nous sommes en train de virer le bateau et on en a vu les résultats avec le Q400 au Paris Air Show. Pour le CRJ, le principal irritant soulevé par les transporteurs était la cabine. Autrement, il est clairement reconnu comme étant le plus économique. »

DES PORTIONS DU Q400 À L'ÉTRANGER

La construction des ailes et du cockpit de l'avion Q400 devrait quitter la région de Toronto bientôt. L'assemblage final de cet avion turbopropulsé continuera d'y être effectué, mais l'entreprise veut réduire ses coûts en exportant la fabrication de ces deux composantes dans des pays à faible coût.

Todd Young, responsable du programme Q400, a indiqué que les endroits où serait déménagée cette production n'étaient pas encore sélectionnés, mais que le geste était inévitable. Une entente à cette fin a été conclue avec le syndicat de l'usine de Toronto.

OBJECTIF 30

Bombardier maintient son objectif de livrer 30 avions de la C Series en 2017. Elle en a présentement fourni 11, ce qui laisse présager une fin d'année très chargée.

« Nous avons reçu toutes les pièces, et ils sont tous en train d'être construits », a affirmé Istifan Ghanem, directeur du programme.

Les moteurs de tous les avions à être livrés à compter de maintenant intégreront la nouvelle chambre de combustion livrée par Pratt & Whitney. Quant au fuselage, qui devait presque entièrement être conçu en Chine, il continuera d'être fabriqué en bonne partie à l'usine de Saint-Laurent pendant environ un an encore, le temps que le fournisseur chinois règle certains problèmes.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer