Rappels tardifs de voitures: premier procès contre GM en 2016

Le procès concernera les clients de GM dont... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Le procès concernera les clients de GM dont les véhicules ont été accidentés ou connu des incidents après sa faillite, en juillet 2009.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Litiges économiques

Litiges économiques

Ne manquez rien de notre dossier sur les crimes économiques »

Agence France-Presse
NEW YORK

La justice américaine a arrêté au 11 janvier 2016 la date du premier procès contre General Motors (GM) dans l'affaire des rappels tardifs de véhicules pour un défaut du commutateur d'allumage associés à 30 morts, a-t-on appris jeudi d'une source judiciaire.

Le juge Jesse Furman d'un tribunal de Manhattan a pris cette décision à l'issue d'une audience au cours de laquelle il examinait plus d'une centaine de plaintes de propriétaires de Chevrolet Cobalt, Saturn Ion, Pontiac 5, Sky et Solstice produites entre 2003 et 2011 s'estimant victimes du défaut, selon une source judiciaire.

Le procès concernera les clients de GM dont les véhicules ont été accidentés ou connu des incidents après la faillite de GM en juillet 2009. Parmi eux, certains affirment avoir subi des dommages économiques tandis que d'autres font état de blessures. Des familles de personnes décédées lors d'accidents impliquant les véhicules affectés sont également plaignantes.

Le premier groupe automobile américain a rappelé début février, plus de dix ans après la détection du défaut, 2,6 millions de voitures.

Ces rappels sont liés maintenant à 30 décès auxquels s'ajoutent 31 accidents, dont quatre graves, selon le dernier décompte du constructeur automobile, qui est confronté à une montagne de plaintes à travers le pays et a mis en place un fonds d'indemnisation des victimes.

Le groupe prévoit de verser un million de dollars par décès auquel s'ajoutent 300 000 dollars pour le conjoint survivant et 300 000 dollars pour chacun des éventuels ayants droit.

Depuis que l'affaire du commutateur d'allumage a été révélée, le constructeur automobile a également rappelé quelque 30 millions de véhicules dans le monde pour d'autres problèmes mineurs.

Il fait encore l'objet d'enquêtes du Congrès, du département de la Justice et du gendarme de la Bourse, la SEC.

Dans un autre volet de l'affaire, des plaignants cherchent à obtenir de la justice américaine qu'elle autorise un procès sur les incidents impliquant les voitures défectueuses avant la faillite du groupe en juillet 2009. Des audiences sont en cours actuellement.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer