Fitch dégrade les notes de deux banques espagnoles

Dossiers  »

À l'international

À l'international

Découvrez notre dossier sur les nouvelles économiques internationales »

Sur le même thème

L'agence d'évaluation financière Fitch a dégradé lundi de deux crans les notes... (Photo: Bloomberg archives)

Agrandir

Photo: Bloomberg archives

Agence France-Presse
Madrid

L'agence d'évaluation financière Fitch a dégradé lundi de deux crans les notes respectives des deux plus grandes banques espagnoles, Santander et BBVA, à BBB+, les maintenant toutefois au-dessus de la note de l'Espagne, qu'elle a abaissée la semaine dernière de trois crans, à BBB.

«Il est exceptionnel pour des banques d'être notées au-dessus» de la note de leur pays d'origine, souligne l'agence dans un communiqué, précisant que «la «diversification géographique et une solide performance financière», notamment, leur permettent de contrecarrer les effets de la récession dans laquelle a replongé l'Espagne au premier trimestre.

Les notes de BBVA et Santander «sont un cran au-dessus de la note souveraine de l'Espagne, ce qui reflète leur diversification géographique, une solide performance financière et une capacité démontrée d'absorber des chocs financiers», précise Fitch.

L'agence souligne notamment que, lors d'un test de résistance qu'elle a récemment appliqué aux banques espagnoles pour évaluer leurs besoins de recapitalisation, Santander et BBVA ont obtenu un meilleur résultat que de nombreuses banques de taille moyenne et des caisses d'épargne.

La dégradation, accompagnée d'une perspective négative signifiant que la note pourrait être de nouveau abaissée, répond donc surtout à la baisse de trois crans de la note souveraine de l'Espagne prononcée le 7 juin.

Elle ne fait pas suite au plan d'aide européen en faveur des banques espagnoles, annoncé samedi et qui pourra s'élever jusqu'à 100 milliards d'euros.

L'abaissement traduit essentiellement «les mêmes inquiétudes que celles qui ont eu un impact sur la note souveraine espagnole, notamment le fait que l'Espagne devrait rester en récession toute cette année et en 2013 contrairement aux attentes antérieures qui prévoyaient une légère amélioration en 2013, ce qui aura un impact direct sur le volume d'activité des banques en Espagne».

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer