Le leadership n'a pas de genre

Madeleine Féquière est directrice générale et chef du... (PHOTO CHARLES LABERGE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Madeleine Féquière est directrice générale et chef du crédit corporatif chez Domtar, ainsi que présidente du conseil d'administration de l'École supérieure de ballet du Québec.

PHOTO CHARLES LABERGE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Femmes en finance

Femmes en finance

Présence des femmes aux conseils d'administration, promotion des femmes à des postes de direction, relève et mentorat: l'Association des femmes en finance du Québec (AFFQ) s'attaquera à plusieurs enjeux de front cette année. Entretien avec sa présidente, Dana Ades-Landy. »

Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Aux yeux des trois finalistes du prix Leadership de l'AFFQ, le leadership ne se conjugue ni au féminin ni au masculin. C'est plutôt une question de qualités et d'aptitudes, comme en font foi leurs récentes réussites.

MADELEINE FÉQUIÈRE : UNE LEADER ALTRUISTE

Il y a deux ans, Madeleine Féquière a été nommée à la tête du conseil d'administration de l'École supérieure de ballet du Québec. Elle a lancé deux grands projets : déménager dans une nouvelle Maison de la danse et, pour financer cette aventure, remettre sur les rails la Fondation de l'École qui a lancé sa campagne de financement il y a quelques mois.

« Nous allons changer la vie de centaines de danseuses et danseurs en les aidant à réaliser leur rêve », espère Madeleine Féquière, qui est aussi directrice générale et chef du crédit corporatif chez Domtar.

Cette réalisation illustre bien sa conception du leadership qui s'incarne dans la rigueur, la responsabilité, l'obligation de rendre compte, l'humanisme et l'altruisme. « Des qualités qui s'appliquent autant aux hommes qu'aux femmes », signale-t-elle. 

« Je n'aime pas parler de leadership féminin et je crois que cette idée disparaîtra au fur et à mesure que la parité s'imposera. » - Madeleine Féquière

Selon elles, les jeunes femmes qui aspirent à devenir des leaders devraient « s'impliquer socialement et entretenir leur réseau ». « Et surtout, elles ne doivent pas avoir peur de se promouvoir. Car si elles ne le font pas, personne le fera à leur place », insiste-t-elle.

Nathalie Larue est vice-présidente, développement et mise en... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Nathalie Larue est vice-présidente, développement et mise en œuvre des solutions d’affaires chez Desjardins.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

NATHALIE LARUE : UNE LEADER AUTHENTIQUE

« Pour moi, le leadership n'a pas de genre », déclare Nathalie Larue, vice-présidente, développement et mise en oeuvre des solutions d'affaires au Mouvement Desjardins.

« Qu'il soit homme ou femme, un leader doit savoir rallier les gens autour d'une vision claire et leur démontrer de façon concrète qu'il est capable de livrer des résultats, explique-t-elle. Il doit en plus faire preuve d'authenticité et d'humilité. Pour cela, il faut bien s'entourer. »

C'est ce qu'elle tâche de faire depuis maintenant cinq ans à travers la transformation organisationnelle du réseau des caisses populaires. 

« Nous avons réussi à susciter la participation des 300 directeurs généraux de caisse, ce qui a permis d'améliorer la performance financière. » - Nathalie Larue

Autre retombée de ce programme : la mobilisation des employés est passée de 72 % à 85 %, selon l'étude des Employeurs de choix d'Aon Hewitt - ce dont la vice-présidente n'est pas peu fière.

À celles qui suivront ses traces, Nathalie Larue suggère de prendre un moment chaque jour pour dresser un petit bilan de leurs réalisations afin d'alimenter leur confiance en elles-mêmes. « Ça a fait une grande différence dans mon parcours personnel et professionnel », raconte-t-elle.

Sylvie Pinsonnault est vice-présidente au capital de risque,... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Sylvie Pinsonnault est vice-présidente au capital de risque, aux fonds d’investissement et aux mesures fiscales chez Investissement Québec.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

SYLVIE PINSONNAULT : UNE LEADER AUDACIEUSE

Sylvie Pinsonnault se dit une femme d'action et de résultats. Sa mission : catalyser la croissance des entreprises québécoises qui ont le potentiel de devenir les leaders de demain.

À titre de vice-présidente au capital de risque, aux fonds d'investissement et aux mesures fiscales chez Investissement Québec, elle a récemment donné un sérieux coup de pouce à deux entreprises technologiques, Coveo et Lightspeed. « Dans le cas de Coveo, on a rencontré l'entreprise, travaillé avec les investisseurs, structuré et clôturé la transaction en trois ou quatre mois. De grosses rondes comme celle-là peuvent prendre beaucoup plus de temps. »

L'ingrédient magique pour agir aussi vite et bien ? La capacité de mobiliser les partenaireset les employés - une aptitude qu'on trouve aussi bien chez les hommes que chez les femmes, souligne Sylvie Pinsonnault. « Il faut aussi savoir adapter son style de leadership selon la personne qui est devant soi », ajoute-t-elle. 

« Je donne beaucoup d'autonomie à mes employés très performants alors qu'avec les plus jeunes, j'interviens davantage comme un coach. » - Sylvie Pinsonnault

Ses conseils aux futures leaders se résument en quelques mots : « Ayez confiance en vous-mêmes. Soyez audacieuses et déterminées. Entourez-vous de gens très forts. N'attendez pas le contexte parfait pour accepter des défis. Foncez ! »

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer