Création d'un régime volontaire d'épargne-retraite

Dossiers  »

Le Budget 2011 de Raymond Bachand

Le Budget 2011 de Raymond Bachand

Consultez notre section spéciale sur le budget 2011 du gouvernement du Québec déposé par le ministre des Finances, Raymond Bachand. »

Après le RÉER et le CÉLI, voici le RVÉR. Le gouvernement Charest, qui veut... (Photo Reuters)

Agrandir

Photo Reuters

(Québec) Après le RÉER et le CÉLI, voici le RVÉR. Le gouvernement Charest, qui veut aider les Québécois à économiser en vue de leurs vieux jours, crée un régime volontaire d'épargne-retraite (RVÉR), accessible à tous mais particulièrement intéressant pour les travailleurs autonomes.

Tous les employeurs du Québec seront obligés d'offrir ce régime volontaire d'épargne-retraite, mais pas obligés d'y cotiser. Les employés pourront aussi choisir de se retirer du régime, qui sera géré par des institutions financières comme les compagnies d'assurance. Le régime sera transférable d'un emploi à l'autre.

Selon le ministre québécois des Finances Raymond Bachand, ce nouveau régime volontaire sera particulièrement utile aux travailleurs québécois n'ayant pas de régimes collectifs de retraite offerts par leur employeur. «Nous mettrons à leur disposition un nouvel instrument qui leur facilitera l'épargne en vue de leur retraite. Chaque Québécois qui a des revenus de travail, y compris comme travailleur autonome, aura bientôt accès à un régime individuel d'épargne pour la retraite, géré collectivement et à peu de frais», a dit le ministre Bachand dans son discours du budget à l'Assemblée nationale du Québec.

Québec s'inspire des Régimes de pension agréés collectifs du gouvernement fédéral. Le gouvernement Charest continuera de négocier avec le fédéral et les autres provinces afin d'harmoniser leurs régimes volontaires d'épargne-retraite.

Crédit d'impôt et hausses de cotisation à la Régie des rentes

Dans son budget, le ministre Bachand a proposé plusieurs mesures afin de garder les Québécois de plus de 65 ans plus longtemps sur le marché du travail.

D'abord, un coup de pouce fiscal : un crédit d'impôt de 15% pour les travailleurs de 65 ans et plus sur leur tranche de revenu de 5000$ à 15 000$. Cette mesure pourrait se transformer en baisse d'impôt pouvant atteindre 1504$. Pour un salarié à 15$ l'heure, le crédit d'impôt pourrait représenter un gain net de 2,25$ l'heure.

Le gouvernement Charest augmente aussi les taux de cotisation des salariés et des employeurs au Régime des rentes du Québec. Les cotisations des travailleurs seront haussées de 0,15% par année durant six ans à compter de 2012.

Pour un salarié de 30 000$, il s'agit d'une hausse de 19,88$ en 2012 et de 119,25$ de plus à terme en 2017. Pour un salarié de 48 300$ et plus, il s'agit d'une hausse de 33,60$ en 2012 et de 201,60$ à terme en 2017. À compter de 2018, les cotisations seront ajustées automatiquement selon des calculs actuariels.

Le gouvernement ajuste aussi les méthodes de calcul de la rente de la RRQ afin de convaincre les Québécois de travailler plus longtemps.

Actuellement, la rente du RRQ est majorée de 0,5% par mois après 65 ans et diminuée de 0,5% par mois avant 65 ans. En 2016, la majoration passera à 0,70% par mois et la diminution à 0,60% par mois.

Pour un salarié de 30 000$, ces changements signifient une hausse annuelle de rente de 859$ s'il prend sa retraite à 70 ans et une baisse annuelle de rente de 267$ s'il prend sa retraite à 60 ans. Pour un salarié de 48 300 $ et plus, ces changements signifient une hausse annuelle de rente de 1382$ s'il prend sa retraite à 70 ans et une baisse annuelle de rente de 2691$ s'il prend sa retraite à 60 ans. Ces montants tiennent compte des changements au régime à terme en 2016.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer