Philippe Collard, développeur web

Dans le cadre de son travail comme développeur web à La Web Shop, située à... (PHOTO GIMMY DESBIENS, LE QUOTIDIEN)

Agrandir

PHOTO GIMMY DESBIENS, LE QUOTIDIEN

Iris Gagnon-Paradis, collaboration spéciale
La Presse

Dans le cadre de son travail comme développeur web à La Web Shop, située à Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Philippe Collard aide des entreprises comme des petites PME de divers champs d'activité à bâtir et à maintenir leur site web à jour. «Je réponds aux demandes des clients, que ce soit pour ajouter un module de nouvelles, une galerie d'images, un calendrier sur leur site internet. Habituellement, je prends du code qui est déjà programmé et je l'adapte selon leurs demandes spécifiques.»

De petits casse-têtes

Cet emploi, le jeune homme l'adore, car il peut, chaque jour, «résoudre de petits casse-têtes», trouver des solutions à coups d'essais-erreurs, de recherche et de persévérance. «J'ai toujours eu un intérêt pour l'informatique et les nouvelles technologies; depuis que je suis jeune, j'utilise les ordinateurs... Je suis de cette génération-là!», lance le jeune homme de 25 ans.

C'est après un DEC pré-universitaire en arts et technologies informatisées, où il touche un peu à l'art informatique, que Philippe décide de poursuivre ses études, non pas à l'université, mais au DEC en techniques d'intégration multimédia à Jonquière.

«J'ai appris à utiliser des programmes comme Photosphop ou Dreamweaver, qui sert à programmer des codes HTML ou PHP pour réaliser des sites web, à faire de la gestion de bases de données... On touche pas mal à tout ce qui est informatique, avec un accent sur la programmation web», explique-t-il.

Au cours de ses études, il rencontre Keyven Ferland, qui fonde La Web Shop à Alma et l'engage comme stagiaire. Un stage qui se transforme en emploi pour le développeur web. «J'ai eu de la chance de trouver cet emploi dans ma région, reconnaît Philippe. Mais je sais que c'est un métier vraiment très en demande dans les grands centres comme Montréal ou Québec.»

Pour bien réussir dans sa profession, il croit qu'il faut de la patience, de l'autonomie, ne pas avoir peur des défis, et avoir une bonne capacité d'analyse et de réflexion. De la curiosité aussi, car c'est un domaine qui bouge très vite: «On ne peut pas prédire quelle mode va s'emparer du web par rapport au graphisme ou aux nouveaux outils. Par exemple, les nouvelles tablettes, les téléphones intelligents et Facebook ont changé la façon de faire des sites internet... C'est une petite mine d'or pour les développeurs web!»

À savoir

Développeur web

Formation: DEC en intégration multimédia ou informatique

Salaire médian: 45 300$ (2012)

Taux de demande: Modéré (2010-2015)

Perspectives: Favorables

Source: Enquête de rémunération TECHNOCompétences 2012, Emploi-Québec

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer