Maxime Therriault, infirmier en chirurgie cardiaque

Maxime Therriault, 25 ans, est infirmier en chirurgie... (PHOTO ERICK LABBE, LE SOLEIL)

Agrandir

Maxime Therriault, 25 ans, est infirmier en chirurgie cardiaque à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

PHOTO ERICK LABBE, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

J'ai commencé à m'intéresser à la profession infirmière dès mes études secondaires. L'idée de mettre à profit mes connaissances pour améliorer la vie des gens me motivait... et c'est encore le cas aujourd'hui !

En quoi consiste votre travail ?

Je m'occupe d'une clientèle de personnes âgées de 16 à 90 ans présentant des problèmes cardiaques. Je les prends en charge - ainsi que leur famille - dès la période préopératoire. Je leur explique comment se déroulera la chirurgie et je les rassure. Une fois la chirurgie terminée, je revois les patients et m'assure que leur récupération est adéquate en collaboration avec le médecin. En tant qu'infirmier clinicien, je suis aussi appelé à créer des projets d'enseignement et de formation pour mon équipe. Je supervise aussi les stagiaires en provenance de différentes universités.

Qu'avez-vous fait comme études ?

J'ai fait le cheminement DEC-BAC en soins infirmiers au Cégep de Lévis-Lauzon et au campus de Lévis de l'Université du Québec à Rimouski.

Quel a été votre cheminement professionnel ?

J'ai d'abord travaillé auprès de gens handicapés physiquement et mentalement. Pendant ma formation, j'ai fait plusieurs stages dans les grands hôpitaux du Québec. Mon stage final a eu lieu à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. On m'a recruté par la suite. Cela fait maintenant quatre ans que j'y travaille. Il y a un an, j'ai obtenu un poste d'infirmier clinicien après avoir terminé mon baccalauréat.

Décrivez une journée typique de travail.

Ma journée commence à 15 h 15 et se termine à 23 h 30... quand tout va bien ! Mon quart de travail commence avec la prise en charge de mes patients qui sont toujours au nombre de quatre ou cinq. Par la suite, je planifie ma soirée et tout au long de mon quart, je m'assure que l'état de mes patients reste stable.

Quel est votre plus grand défi ?

Répondre aux besoins de tous mes patients dans les huit heures dont je dispose. Il y a tant à faire ! Ce n'est pas toujours évident.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail ?

J'aime trouver la meilleure intervention pour chaque patient, ressentir l'adrénaline dans les situations d'urgence et transmettre mes connaissances aux patients, à leur famille, ainsi qu'à mes collègues.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier ?

Le soir, il n'y a pas de médecin sur le plancher. C'est moi qui décide de l'application de telle ordonnance ou de tel protocole pour mes patients. J'ai été formé expressément pour ça. S'il y a des complications, je peux toujours appeler le médecin de garde, mais autrement, je suis très autonome dans ma pratique.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises ?

Aimer le travail en équipe, avoir du leadership, faire preuve de sang-froid en tout temps et être passionné par son boulot.

***

Salaire annuel moyen d'un infirmier clinicien (baccalauréat) : de 42 400 $ à 80 900 $*

* Le salaire est basé sur l'échelle salariale en vigueur le 1er avril 2014 et ne tient pas compte des ajustements relatifs aux différentes primes reliées aux fonctions.

Source : OIIQ

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer