Soins infirmiers: un secteur toujours attirant

Les chiffres de l'Ordre des infirmières et infirmiers du... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les chiffres de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec indiquent, pour 2013-2014, que la profession a vu l'arrivée de 3606 recrues contre 2354 départs à la retraite.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Malgré un environnement de travail pas toujours rose, le nombre de recrues en soins infirmiers demeure stable. « Bon an, mal an, nous comptons entre 3000 et 3500 nouvelles infirmières, indique Lucie Tremblay, présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). On observe même une légère croissance des inscriptions dans les programmes de soins infirmiers tant au niveau collégial qu'universitaire. »

L'attraction constante pour la profession s'expliquerait par « le besoin viscéral d'améliorer l'état de santé de la population », estime Mme Tremblay. « C'est une profession de l'âme », ajoute Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Mme Laurent émet toutefois une mise en garde. 

« Avec tous les bouleversements dans le système de santé, je crains que le gouvernement décourage des jeunes d'embrasser la profession infirmière. Il faut mettre en place des mesures d'attraction et de rétention. »

Elle rappelle que des diplômés quittent la profession au cours des trois à cinq premières années de pratique. Même si le taux de rétention de la relève est de 92 %, Régine Laurent estime qu'« en raison de la pénurie, on n'a pas les moyens de perdre 8 % des nouvelles infirmières ».

Une profession aux visages multiples

Un monde de possibilités s'offre aujourd'hui aux infirmières. « Au cours d'une carrière, on peut changer de secteur tous les deux ou trois ans tellement la pratique est diversifiée, signale Lucie Tremblay. Certaines travaillent dans la communauté, d'autres dans les hôpitaux, les écoles, les services correctionnels, dans le Grand Nord... »

Si les infirmières sont demandées partout, les besoins se font de plus en plus pressants en première ligne. « C'est en raison des maladies chroniques qui affectent désormais la moitié de la population, explique la présidente de l'Ordre. D'ici les 10 à 15 prochaines années, on assistera à un virage : 75 % des soins se donneront dans la communauté, alors que présentement, ils le sont à l'hôpital. Si j'étais une jeune infirmière, c'est sûr que j'irais travailler en première ligne ! »

73 145
Nombre d'infirmières et d'infirmiers (inscrits au tableau de l'OIIQ en 2013-2014)
89,4 %
Proportion de femmes
42,7
ans
Âge moyen des infirmières et infirmiers au Québec
37,9 %
Proportion des infirmiers et infirmières qui détiennent un baccalauréat en sciences infirmières (une proportion qui inclut aussi les études supérieures).
87,3 %
Proportion des infirmiers et infirmières qui pratiquent en clinique
7,3 %
Proportion des infirmiers et infirmières qui occupent un poste en gestion
3606
Nombre de recrues dans la profession en 2013-2014
2354
Nombre de départs à la retraite en 2014

Source: OIIQ, 2013-2014

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer