Infirmières: bonnes perspectives et nouvelles avenues

De nouvelles activités, comme les prises de sang,... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

De nouvelles activités, comme les prises de sang, sont maintenant confiées aux infirmières et infirmiers auxiliaires.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Autrefois surtout confinés aux soins de longue durée, les infirmières et infirmiers auxiliaires ont vu leur champ d'exercice s'étendre considérablement dans les 10 dernières années. On les retrouve maintenant dans toutes les sphères de la santé. De nouvelles activités, comme la prise de sang ou l'installation de sondes naso-gastriques, leur sont aussi confiées.

«La profession se porte drôlement bien», estime Régis Paradis, président de l'Ordre des infirmiers et infirmières auxiliaires du Québec (OIIAQ). «L'évolution importante de leur rôle permet aux infirmiers auxiliaires de travailler entre autres en salle d'opération ou en hémodialyse», dit-il.

Signe que le métier est attrayant, le nombre de membres de l'OIIAQ a augmenté. «Dans les cinq dernières années, environ 2384 nouveaux diplômés ont grossi nos rangs chaque année», précise Régis Paradis. L'âge moyen a également diminué. Sur les 28 165 membres, il n'y en a plus que 6000 qui ont 50 ans ou plus.

En raison du nombre grandissant de diplômés, le Québec ne compte plus de pénurie d'infirmiers auxiliaires. «Les perspectives d'emploi sont encore bonnes, précise néanmoins Régis Paradis. Il faut toutefois garder l'équilibre. On remarque aussi que le délai pour décrocher un premier emploi est plus long qu'auparavant.»

Un réseau en mutation

Selon le président de l'Ordre, les soins de santé seront de plus en plus prodigués dans la communauté. «D'ici 20 ans, le nombre de personnes âgées de 75 ans et plus va doubler. Les infirmiers auxiliaires pourront ainsi se tailler une place dans les soins à domicile et les centres d'hébergement», croit-il.

Dans le réseau public de la santé, les conditions de travail sont relativement bonnes. Les postes à temps partiel sont par contre courants, surtout en début de carrière. Ils sont 18 000 à y exercer. Les autres travaillent principalement dans des cliniques privées ou dans des résidences pour personnes âgées, alors que certains enseignent.

La profession en chiffres

28 165

Nombres d'infirmières et infirmiers auxiliaires au Québec (mars 2014).

2697

Nombre de nouveaux permis délivrés en cours d'année en 2013.

5531

Montréal est la région qui compte le plus d'infirmiers auxiliaires; 5531 y travaillent. Viennent ensuite la Montérégie, avec 4495 employés, et la Capitale-Nationale, qui en compte 2495.

Plus de 90%

C'est le pourcentage des infirmiers auxiliaires qui sont des femmes.

40 ans et 5 mois

L'âge moyen des infirmières et infirmiers auxiliaires.

Situation d'emploi des personnes titulaires d'un DEP en santé, assistance et soins infirmiers au 31 mars 2012, au Québec:

> En emploi: 85,8%

> À la recherche d'un emploi: 4,4%

> Aux études: 6,3%

> Personnes inactives: 3,6%

> En emploi à temps plein: 68,1%

> Emploi en rapport avec la formation: 90,7%

> Salaire hebdomadaire brut moyen: 690$

> Taux de chômage: 4,8%

Source: MELS, La relance au secondaire en formation professionnelle, 2012

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer