Portrait: Mohammed Amine Nouara, infirmier auxiliaire dans un centre hospitalier universitaire

Mohammed Amine Nouara est infirmier auxiliaire à l'Hôtel-Dieu... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Mohammed Amine Nouara est infirmier auxiliaire à l'Hôtel-Dieu de Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

Ça faisait longtemps que je voulais travailler en soins infirmiers. J'ai opté pour la profession d'infirmier auxiliaire parce que la formation me permettait de commencer à travailler plus rapidement.

En quoi consiste votre travail?

Je travaille en inhalothérapie à l'Hôtel-Dieu de Montréal depuis deux ans. J'assiste l'inhalothérapeute, je l'aide avec les patients, je prodigue des soins et j'exécute l'ordonnance des médecins.

Qu'avez-vous fait comme études?

Je suis diplômé de l'École des métiers des Faubourgs-de-Montréal en 2004, où j'ai suivi la formation Santé, assistance et soins infirmiers. J'ai aussi reçu une formation spécifique de six jours pour bien comprendre l'inhalothérapie avant de commencer.

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai commencé dans l'équipe volante de l'hôpital Notre-Dame, qui répond aux besoins des divers services pendant les congés de maladie ou les vacances, par exemple. J'ai ensuite travaillé dans l'unité de soins prolongés, en chirurgie cardiaque et au laboratoire regroupé avant d'intégrer l'équipe d'inhalothérapie.

Décrivez une journée typique de travail.

Ma journée commence à 6h45, en lisant le rapport détaillé laissé par l'équipe de nuit sur les patients à voir. Je couvre un étage de l'Hôtel-Dieu. Je prodigue les soins et distribue les médicaments. J'appelle aussi les collègues inhalothérapeutes pour les aider dans les cas les plus complexes. À 14h45, je remets mon rapport au quart de soir, et ma journée est terminée.

Quel est votre plus grand défi?

Arriver à accomplir à la perfection ma mission auprès des patients: les aider à se rétablir.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

Je collabore avec divers spécialistes et j'apprends plein de choses dans différents domaines. On partage nos connaissances.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Ça prend une véritable passion pour être infirmier auxiliaire. Il faut avoir l'amour du métier, et la patience pour continuer.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises pour exercer votre métier?

Il faut avoir la capacité de toujours travailler en équipe, de collaborer avec le public, de bien communiquer avec les patients et leurs familles et de les soutenir.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer