Nouveau virage pour l'industrie de la mode

Les dernières années n'ont pas été roses, mais l'industrie du vêtement se... (ILLUSTRATION LA PRESSE)

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Emilie Laperrière, collaboration spéciale
La Presse

Les dernières années n'ont pas été roses, mais l'industrie du vêtement se modernise. Malgré de durs revers, on assiste actuellement à un regain du secteur, qui devra pourvoir 7000 postes au pays d'ici la fin de 2013.

Après avoir subi les contrecoups de la concurrence asiatique, le milieu de la mode s'est tourné vers d'autres créneaux. Les fabricants ont mis en place de nouveaux modèles de gestion ou ont spécialisé leurs équipements, alors que d'autres offrent des produits haut de gamme.

«On assiste à un retour de la confection locale, autant chez les designers émergents que chez les plus établis», constate Ève Grenier, présidente de Vêtement Québec. Et c'est tant mieux. «Les clients recherchent de plus en plus des vêtements faits ici.»

Des défis

«L'industrie est passée du secteur manufacturier à celui des services, explique Patrick Thomas, directeur exécutif du Conseil des ressources humaines de l'industrie du vêtement (CRHIV). La mode emploie aujourd'hui majoritairement des cols blancs.»

La production fait d'ailleurs face à un défi de taille: près de 7000 travailleurs approchent de l'âge de la retraite, et la relève est pratiquement absente.

Les opératrices de machines à coudre, surtout, manquent à l'appel. Les patronistes et les gradueurs de patrons sont également demandés. «Des postes de gérants, de designers, d'acheteurs et de vendeurs seront aussi à combler», dit Patrick Thomas.

Différentes mesures

Ève Grenier ajoute que de nombreuses mesures ont récemment été mises en place pour aider l'industrie du fil et de l'aiguille. «Le groupe de travail créé par la Table de concertation de l'industrie du vêtement doit remettre sous peu son rapport sur les enjeux du milieu et faire ses recommandations.» D'autres initiatives, comme celles du Centre de recherche et d'innovation en habillement VestechPro, sont attendues.

Avec toute la mobilisation de l'industrie, le Québec est bien placé pour tirer son épingle du jeu.

La mode en chiffres

L'industrie compte 38 000 emplois (en excluant ceux dans les magasins).

Le secteur des services employait 53% de la main-d'oeuvre en 2012. En 2001, cette proportion n'était que de 31%.

Près des trois quarts (72,1%) des emplois sont concentrés à Montréal.

À lui seul, le volet manufacturier regroupe 909 entreprises et 13 617 emplois au Québec; 53% de ces emplois proviennent du secteur de la fabrication, 37% du commerce de gros et 10% du commerce de détail.

Le Québec est le chef de file canadien de l'industrie du vêtement, avec 57% de la production et 55% des emplois.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer