Christian Rousseau, directeur-conseil, politique de placement

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christian Rousseau, 38 ans, est directeur-conseil, politique de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Christian Rousseau, 38 ans, est directeur-conseil, politique de placement, à la Caisse de dépôt et placement.

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?

«J'avais un grand intérêt et une grande facilité pour les mathématiques, mais moins pour la physique et la chimie. Le conseiller d'orientation au cégep m'a suggéré la profession d'actuaire.»

En quoi consiste votre travail?

«Je travaille dans l'équipe de services-conseils de la Caisse de dépôt et placement. Je rencontre les clients pour discuter de leurs besoins et je leur fais des recommandations de produits en fonction de leur situation.»

Qu'avez-vous fait comme études?

«Baccalauréat en actuariat à l'Université Laval, puis la série d'examens pour obtenir le titre de Fellow.»

Quel a été votre cheminement professionnel?

«J'ai fait un stage entre ma deuxième et ma troisième année de baccalauréat chez Mercer, une firme de consultation en avantages sociaux, et on m'a offert un emploi. En 2011, Mercer a ouvert un bureau en Inde, et j'y suis allé quelques mois pour former et gérer le personnel indien. Ce fut une belle expérience. Après 13 ans chez Mercer, j'ai eu une occasion à la Caisse.»

Décrivez une journée typique de travail.

«Le matin, j'effectue une courte revue de presse pour cibler les articles qui traitent des régimes de retraite. Je rencontre souvent des clients, des conseils d'administration et des comités de retraite. Pour préparer des recommandations de politique de placement pour des clients, je discute avec des collègues des orientations à prendre, nous débattons, nous vérifions des analyses. Nous réalisons ensuite des documents que nous présenterons au client. Certaines parties de l'année, je fais du 9 à 5 et d'autres, je travaille un peu plus. C'est très dynamique.»

Quel est votre plus grand défi?

«En arrivant à la Caisse, j'ai dû me familiariser avec les marchés financiers.»

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

«Le côté vulgarisation, pédagogie et mentorat. J'aime aussi la réflexion en équipe et les débats. On arrive toujours à un meilleur résultat à plusieurs.»

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre profession?

«Les actuaires ont souvent la réputation d'être introvertis, mais je dois souvent m'adresser à des gens.»

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

«Aimer les mathématiques, être méticuleux tout en développant un esprit de synthèse, avoir une bonne capacité à communiquer et à s'adapter.»

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer