Immigration: s'intégrer au domaine financier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
L'immigrant se trouvera également plus facilement un emploi... (Photo Archives Reuters)

Agrandir

Photo Archives Reuters

L'immigrant se trouvera également plus facilement un emploi s'il n'est pas uniquement à la recherche du poste de rêve pour lui.

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Q «Je suis Tunisien, j'ai 32 ans et je suis cadre dans une banque depuis janvier 2007. Je suis diplômé de l'Université IHEC de Carthage. J'ai obtenu récemment mon visa d'immigration pour le Canada et j'aimerais savoir s'il y a de bonnes perspectives d'emploi pour mon profil.» - Amine

R D'après Jean-Philippe Gauthier, directeur du recrutement chez Robert Half Finance et comptabilité, une entreprise spécialisée en dotation de personnel, plusieurs éléments pourraient pencher en votre faveur au Québec.

D'abord, votre connaissance du français. «Il doit aussi connaître l'anglais», précise toutefois M. Gauthier.

Les grandes entreprises du domaine financier, comme les banques et les compagnies d'assurances, pourraient être intéressantes pour vous.

«Les grandes entreprises sur la planète, particulièrement depuis que les IFRS [Normes internationales d'information financière] sont en vigueur, fonctionnent à peu près toutes de la même façon, explique Jean-Philippe Gauthier. On y trouve des postes semblables d'un pays à l'autre.»

Certaines compétences sont aussi particulièrement recherchées.

«Par exemple, suite aux grands scandales financiers des dernières années, le domaine bancaire a mis en place des normes de conformité reliées au contrôle des risques, indique M. Gauthier. Des banques d'ici font du recrutement proactif au Québec et ailleurs pour pourvoir des postes dans le domaine.»

Il vous faudra toutefois rester positif. «L'employeur remarquera si le candidat est défaitiste en entrevue», affirme Jean-Philippe Gauthier.

Revoir ses objectifs

L'immigrant se trouvera également plus facilement un emploi s'il n'est pas uniquement à la recherche du poste de rêve pour lui.

«La personne pourra démontrer dans un mandat temporaire ou plus junior son expérience et sa capacité à s'adapter à son environnement», explique le recruteur.

Le bénévolat dans le domaine de la finance et de la comptabilité peut aussi être envisagé pour obtenir de l'expérience locale.

«À compétence égale, un employeur préférera toujours quelqu'un qui a de l'expérience au Québec», indique M. Gauthier.

Attention aussi au curriculum vitae.

«Adapter son CV à ce qui se fait ici est le premier pas pour montrer que vous vous adaptez à la culture locale. Il faut éliminer la terminologie qui n'est pas utilisée ici.»

M. Gauthier croit également qu'il est beaucoup plus facile de se chercher un emploi une fois qu'on a déménagé au Québec parce qu'on peut rencontrer les employeurs.

«Toutefois, la recherche d'emploi est toujours une question d'être à la bonne place au bon moment, indique le recruteur. On ne peut pas savoir s'il se trouvera un emploi en deux semaines, en deux mois ou en deux ans!»

Question fréquente

Q: Est-ce que l'emploi se porte bien en ce moment dans la région métropolitaine de Montréal?

R: En juillet, le Québec a perdu 30 400 emplois, alors que seulement 1000 étaient situés à Montréal. Toutefois, la population active a augmenté de 700 personnes dans la région, et le taux de chômage a augmenté de 0,1%. Il se situe maintenant à 8,3%, alors qu'il est à 8,2% au Québec et à 7,2% au Canada.

Source: Emploi-Québec.

Vous avez des questions sur le monde de l'emploi? Écrivez-moi à mletarte@lapresse.ca.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer