Industrie minière: des emplois à la tonne

Sur le même thème

Les entreprises ont autant besoin d'opérateurs de machinerie... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Les entreprises ont autant besoin d'opérateurs de machinerie lourde que d'infirmières, de plombiers ou de cuisiniers. Au total, plus de 80 professions sont reliées au domaine minier.

Au cours des cinq prochaines années, 2000 nouveaux emplois seront disponibles dans l'industrie minière au Québec en plus des 3000 départs à la retraite prévus.

Le chargé de projet en promotion du Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines, Guy Auger, fait le tour du Québec pour inciter les jeunes des métiers professionnels à envisager une carrière dans l'industrie minière où il existe toutes sortes de métiers. Les entreprises ont autant besoin d'opérateurs de machinerie lourde que d'infirmières, de plombiers ou de cuisiniers. Au total, plus de 80 professions sont reliées au domaine minier.

Des besoins importants

Les besoins en main-d'oeuvre sont très importants. Les besoins en matières premières des pays émergents provoquent un développement accéléré des mines au Québec. Le prix des matières de base a fait un bond, au cours des dernières années, ce qui a contribué à l'essor des mines. Guy Auger donne l'exemple de l'once d'or qui se négocie à plus de 1400$ sur les marchés, soit le double du prix d'exploitation.

Il ne peut dire si tous les postes seront pourvus au cours des prochaines années. «Nous sommes dans une période où c'est vraiment en explosion». La rémunération moyenne est supérieure à l'ensemble des secteurs industriels dans la province.

L'industrie minière doit affronter plusieurs préjugés, particulièrement sur la sécurité des travailleurs. M. Auger assure que les conditions de travail dans les mines du Québec sont très bonnes. Grâce à la technologie, la sécurité s'est beaucoup accrue au cours des dernières années. La CSST dénombre 76% moins d'accidents dans les mines depuis 20 ans. «L'industrie a atteint un niveau supérieur. Ça n'a rien à voir avec ce qu'on retrouve par exemple au Chili», explique-t-il en ajoutant qu'il n'y a pas que des mines souterraines. Une quinzaine de mines à ciel ouvert sont également exploitées.

Nouvelles technologies

Pour séduire les jeunes, le Comité sectoriel minier utilise les nouvelles technologies et l'internet avec le site www.explorelesmines.com et les réseaux sociaux Facebook, YouTube et Twitter. Basé à Sainte-Foy, le Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines a été mis en place conjointement par Emploi-Québec et l'industrie minière. Les représentants d'entreprises et d'associations de travailleurs élaborent des stratégies dans le but de résoudre les problèmes de main-d'oeuvre.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer