Les métiers de l'assurance: Michèle Drolet, tarificatrice

Le travail de Michèle Drolet consiste à étudier... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Le travail de Michèle Drolet consiste à étudier les demandes d'assurances de personne en fonction des critères établis par sa compagnie.

(Montréal) Avec son certificat en administration en poche, Michèle Drolet a commencé à travailler chez un assureur. Rapidement, elle a entendu parler des emplois dans le domaine de la tarification.

«Je m'y suis intéressée, j'ai suivi une formation à l'interne et j'ai eu le coup de foudre», affirme Michèle Drolet, tarificatrice principale, Industrielle Alliance.

En gros, son travail consiste à étudier les demandes d'assurances de personne en fonction des critères de la compagnie.

«Nous regardons l'aspect médical, comme les problèmes de santé, le tour de taille, la tension artérielle, etc. Nous regardons aussi les habitudes de vie comme la consommation d'alcool, de drogue, le dossier de conduite automobile, les voyages à l'étranger, la pratique de sports dangereux, le dossier judiciaire, la situation financière, etc.»

La tarificatrice peut aussi demander de l'information supplémentaire.

«Par exemple, un rapport du médecin traitant. Nous pouvons aussi envoyer une infirmière rencontrer la personne. Nous analysons ensuite toute l'information et les interactions possibles entre les problèmes. Pour les cas complexes, nous pouvons aussi demander conseil à un médecin», explique Mme Drolet qui a 40 ans d'expérience dans le domaine.

Ensuite, le tarificateur doit décider si la compagnie accepte ou refuse d'assurer la personne. «On peut aussi accepter, mais avec un tarif majoré en raison de certaines conditions médicales ou habitudes de vie qui influenceraient l'espérance de vie», précise Mme Drolet.

Comme chaque cas est différent, le processus de traitement des demandes varie également énormément. «Certains dossiers se règlent en cinq minutes, d'autres en deux heures!» précise Mme Drolet.

À SAVOIR

Plusieurs tarificateurs ont des formations dans le domaine des sciences de la santé, notamment en soins infirmiers, mais ce n'est pas un critère obligatoire. Les compagnies d'assurance vie offrent leur propre formation à l'interne pour les nouveaux tarificateurs. L'Association québécoise des tarificateurs-vie offre aussi des formations sur des sujets précis.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer