• Accueil > 
  • Affaires > 
  • CV > 
  • Relève inc.: Simon Painchaud, changer le monde, rien de moins

Relève inc.: Simon Painchaud, changer le monde, rien de moins

Simon Painchaud, 35 ans, est un oiseau rare.... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Simon Painchaud, 35 ans, est un oiseau rare. Poète et joueur de tours à ses heures, il est associé fondateur d'O'Dandy, une firme de contenu de marque qui veut changer le monde, rien de moins.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

Talentueux, engagés, audacieux. La Presse Affaires présente le portrait de jeunes entrepreneurs, gestionnaires et professionnels qui forment la relève de demain.

Dans l'univers québécois des communications, Simon Painchaud, 35 ans, est un oiseau rare. Poète et joueur de tours à ses heures, il est associé fondateur d'O'Dandy, une firme de contenu de marque qui veut changer le monde, rien de moins. L'entrepreneuriat, la présence accrue des femmes dans les postes décisionnels, la philanthropie et les arts figurent parmi les champs d'expertise auxquels il se frotte.

Simon Painchaud le reconnaît d'emblée : c'est l'émission Génération inc., présentée à V, qui les a « mis au monde », O'Dandy et lui. Bref, c'est grâce à ce mouvement (web, télé, écrit) que le jeune homme a trouvé sa planche de salut.

Depuis environ un an, la place des femmes sur le marché du travail et dans la société en général nourrit Simon Painchaud et son équipe de six employés. Ils ont mis en place le projet L'effet A, « A » comme dans ambition.

Isabelle Hudon, Isabelle Marcoux et Sophie Brochu, trois gestionnaires au sommet de leur art, sont associées à L'effet A. Elles ont même pris part au Défi 100 jours, par lequel elles doivent atteindre un objectif en autant de journées. Actuellement, une cohorte de 150 femmes issues de différents milieux participe à la troisième édition du Défi 100.

« Les femmes sont présentes partout. Mais plus elles évoluent dans la société, moins elles ont de postes de responsabilité. Il y a une grave érosion de talents. L'effet A cherche à régler ce problème », explique Simon Painchaud.

Depuis deux ans, l'ancien publicitaire siège au C.A. de la Brigade Arts-Affaires de Montréal (BAAM). « J'y anime des rencontres entre les grands philanthropes montréalais et les dirigeants d'organisations culturelles, dit-il. Mon but est de développer une nouvelle génération de philanthropes dans le secteur des arts. »

Dans ses temps libres, Simon Painchaud écrit de la poésie. Son premier recueil sera publié à très court terme.

Quatre questions à un idéaliste qui est heureux d'être enfin devenu entrepreneur

Quels sont vos défis en tant que cofondateur et associé d'O'Dandy ?

Mon défi chez O'Dandy est de toujours garder un oeil sur ce qui n'est pas encore sur le radar, de comprendre ce qui touche les gens et de raconter des histoires qui sont à la fois singulières et universelles. En quelque sorte, c'est d'être connecté sur la pulsation du monde dans lequel nous vivons. Mon second défi, plus personnel, est de constamment faire le deuil de mes idées. Dans notre domaine, il faut en semer plusieurs pour espérer qu'une seule se développe en projet concret. En ne m'accrochant plus aux idées, j'ai fait plus de place à ma créativité.

Quel a été votre pire échec duquel vous avez appris ?

Celui de ne pas avoir suivi mon instinct entrepreneurial plus tôt. Je suis resté en mode sécurité trop longtemps. J'ai perdu un an à me remettre en question. Je n'avais pas le courage de me lancer en affaires, j'avais peur de me planter. J'ai flirté avec le burn-out. Je suis devenu entrepreneur en rencontrant des entrepreneurs. Aujourd'hui, je suis fier de ce que je fais. Je suis à l'écoute de qui je suis. Et j'ai les coudées franches pour faire ce que je veux.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Dans 10 ans, j'espère que les enjeux sur lesquels nous travaillons actuellement chez O'Dandy, la place des femmes professionnelles et la relève entrepreneuriale entre autres, seront moins saillants. Je veux aussi faire croître notre entreprise non pas pour la simple raison de devenir plus gros, mais plutôt pour donner encore plus d'impact à chacune de nos prises de position. Car je suis persuadé que les entreprises ont un rôle positif et crucial à jouer dans la façon d'inventer l'avenir.

Nommez-moi une personne qui vous inspire

Parce qu'il a redéfini la manière de concilier affaires et responsabilité sociale et parce que c'est un homme qui a bâti un empire sur ses convictions environnementales profondes, je dirais Yvon Chouinard, le fondateur des vêtements Patagonia. Son entêtement à travailler pour améliorer le sort de la planète, tout comme à générer des bénéfices pour son entreprise, le place dans une position unique de mentor pour les générations de femmes et d'hommes d'affaires à venir.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer