• Accueil > 
  • Affaires > 
  • CV > 
  • Guillaume Ethier, infirmier praticien spécialisé en néonatalogie

Guillaume Ethier, infirmier praticien spécialisé en néonatalogie

Guillaume Ethier, 29 ans, est infirmier praticien spécialisé... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Guillaume Ethier, 29 ans, est infirmier praticien spécialisé en néonatalogie au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine depuis qu'il a obtenu son diplôme.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?

Il y a une bonne composante humaine. J'ai beaucoup aimé mon externat dans un centre mère-enfant et mon stage en soins intensifs. La néonatalogie regroupe ces deux intérêts.

En quoi consiste votre travail?

Nous nous occupons des bébés qui ont besoin de plus de soins, comme les grands prématurés, les bébés qui naissent avec un problème génétique ou une malformation congénitale. Je travaille en équipe avec les médecins, les infirmières de chevet, les inhalothérapeutes, les pharmaciens. Je peux faire des interventions auparavant réservées aux médecins, comme la prescription de médicaments, des radiographies, des échographies, des prises de sang, faire une ponction lombaire, intuber des patients.

Qu'avez-vous fait comme études?

Le diplôme d'études collégiales (DEC) en sciences de la santé, puis le baccalauréat en sciences infirmières et la maîtrise pour devenir infirmier praticien spécialisé en néonatalogie.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Après mon baccalauréat, je souhaitais faire ma maîtrise, mais je devais travailler au moins deux ans dans le domaine avant de pouvoir être accepté dans le programme. J'ai travaillé à Sainte-Justine, puis j'ai fait ma maîtrise. Ensuite, je suis revenu à Sainte-Justine.

Décrivez une journée typique de travail.

Je travaille de 7h30 à 19h30. Nous commençons par faire le transfert; nous devons savoir ce qui s'est passé avec les patients pendant la nuit et nous nous les répartissons les dossiers. Ensuite, nous allons les voir, nous regardons les résultats des tests demandés, nous discutons avec les infirmières au chevet, nous organisons les soins et nous discutons avec les familles.

Quel est votre plus grand défi?

Arriver à tout faire ce qu'il faut dans le quart de travail.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

Le mélange d'adrénaline des soins intensifs et du côté humain des discussions avec les familles.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre profession?

Plusieurs pensent que je travaille en pouponnière avec les enfants en santé, alors que je travaille avec les plus malades.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Bien travailler en équipe avec différents professionnels. Bien communiquer avec les familles. Être très attentif aux détails qui peuvent faire de grands changements chez nos très petits patients.

Taux horaire depuis le 1er avril 2014

> Premier échelon: 28,17$

> Dernier échelon: 50,23$

Source: Nouvelles échelles salariales, incluant le PIB, Convention collective, mars 2011 - mars 2015, FIQ

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer