Aider les parents de jeunes enfants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Plusieurs parents aimeraient bien pouvoir travailler de la... (PHOTO LAURENT GUERIN, MOTHERING MAGAZINE)

Agrandir

PHOTO LAURENT GUERIN, MOTHERING MAGAZINE

Plusieurs parents aimeraient bien pouvoir travailler de la maison l'été pendant que les enfants s'amusent dans la cour. Mais seraient-ils vraiment productifs?

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Des défis, les entrepreneurs et les gestionnaires en rencontrent tous les jours. La Presse vous propose une série d'articles présentant des difficultés et des solutions inspirantes adoptées par des gens sur le terrain. Cette semaine: comment faciliter la vie des travailleurs avec de jeunes enfants?

Mi-août, le camp de jour est terminé, l'école n'est pas recommencée; bien des parents se creusent la tête pour concilier travail et famille. Plusieurs employeurs diront «arrangez-vous»! Toutefois, de plus en plus, des entreprises mettent en place des mesures pour donner une meilleure flexibilité aux employés dans la gestion de leur temps de travail.

«Semaines de deux, trois ou quatre jours selon les besoins, congés accordés facilement, six semaines de vacances au départ, possibilité de vacances additionnelles sans solde, travail à domicile, horaires flexibles, variabilité saisonnière des horaires, etc.»

Voilà les mesures de conciliation travail-vie personnelle inscrites sur le site internet de Tootelo, une alliance d'intraprises en technologie de l'information et de la communication.

«Un élément clé de la mission de l'entreprise est de permettre aux employés de s'épanouir au travail», indique Etienne de Villers, directeur du développement humain chez Tootelo, arrivé dans l'entreprise comme étudiant en 2005.

Horaire flexible

Vous vous demandez par où commencer? Souvent, l'horaire flexible est le premier pas, d'après Guylaine Deschênes, conseillère en ressources humaines agréée (CRHA) et psychologue organisationnelle.

«C'est probablement l'ajustement le plus simple à implanter, mais qui a le plus d'impact, affirme la consultante. Avoir un certain contrôle sur son horaire et le soutien de son gestionnaire diminue le niveau de stress de l'employé.»

Plusieurs employeurs exigent toutefois que les gens soient au travail pendant une période au milieu de la journée, par exemple de 10 h à 15 h.

Un parent ayant une garde partagée pourrait souhaiter travailler 30 heures par semaine lorsqu'il a son enfant et 50 heures lorsqu'il ne l'a pas.

«Au bout de deux semaines, cela donne toujours 80 heures de travail, remarque Mme Deschênes. L'employé doit oser faire des demandes parce que l'employeur ne peut pas deviner sa réalité.»

Elle conseille toutefois de se préparer. On peut regarder si d'autres employés seraient heureux d'une telle mesure. Si oui, pourrait-on alterner les semaines de 50 heures et permettre ainsi d'améliorer par exemple, le service à la clientèle?

«C'est important d'arriver avec une solution prémâchée, de mettre l'accent sur le positif, affirme Guylaine Deschênes. Ces mesures ont aussi un effet sur la motivation des employés.»

Tootelo a, pour sa part, investi il y a quelques années dans un logiciel de gestion des effectifs: les employés entrent leurs disponibilités, et le logiciel crée l'horaire.

Télétravail

Plusieurs parents aimeraient bien pouvoir travailler de la maison l'été pendant que les enfants s'amusent dans la cour. Mais seraient-ils vraiment productifs?

Tootelo demande à ses employés en télétravail de ne pas être la seule personne responsable d'un enfant de moins de 10 ans. «Le parent peut toutefois embaucher une gardienne et travailler de la maison même si les enfants sont présents», indique Etienne de Villers.

Guylaine Deschênes, auteure du livre Harmoniser sa vie: l'art de concilier le travail et la vie personnelle, croit aussi qu'un parent qui est un peu moins productif pendant sa journée de télétravail parce qu'il surveille son préadolescent du coin de l'oeil aura tendance à compenser en soirée, par exemple.

«C'est une mesure intéressante pour dépanner si elle permet de réduire le niveau de stress.»

Amener les enfants au travail

Des employeurs permettent aussi aux employés mal pris d'amener leurs enfants au travail. «Si plusieurs employés se retrouvent dans la même situation, l'employeur pourrait embaucher quelqu'un au salaire minimum pour amuser les enfants pour quelques semaines au début et à la fin de l'été lorsqu'il n'y a ni camp ni école», indique Mme Deschênes.

Tootelo organise des journées parents-enfants environ quatre fois par année, soit à la fin de juin et lors de journées pédagogiques.

«Une personne est responsable de l'animation des enfants, et un dîner est prévu avec les parents», indique M. de Villers, nouveau papa.

Jours de congé

Pour faciliter la vie des parents, Guylaine Deschênes suggère également de permettre aux employés d'autofinancer des jours de congé.

«C'est le même principe que l'année sabbatique, indique-t-elle. L'employé pourrait recevoir 96% de son salaire toute l'année pour obtenir deux semaines de congé.»

Chez Tootelo, les employés peuvent décomposer leurs nombreuses semaines de vacances en journées. «Il faut demander la permission, mais le superviseur fait tout pour accommoder l'employé", précise Etienne de Villers.

Pour s'inspirer de différentes mesures, on peut consulter les exigences de la norme Conciliation travail-famille développée à l'initiative du ministère de la Famille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer