Consommation de drogues: doit-on tout révéler?

Q J'ai perdu mon emploi de conseillère en communication après six mois... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Martine Letarte, collaboration spéciale
La Presse

J'ai perdu mon emploi de conseillère en communication après six mois d'embauche à cause de mes problèmes de consommation. J'ai fait subir à mon équipe mes absences trop fréquentes. Mon abstinence et mon mea-culpa sont maintenant réalisés et cet employeur m'a promis de rester une bonne référence pour mes emplois futurs. Après avoir travaillé dans d'autres domaines où j'ai pu démontrer mon assiduité, je souhaite maintenant décrocher un nouvel emploi en communication. Je me demande si je dois dire toute la vérité au prochain recruteur, ou si je dois taire cette histoire de consommation. Caroline

Vous n'êtes pas tenue par la loi de tout révéler, d'après Stéphane Forest, avocat spécialisé en droit du travail chez Rivest Schmidt.

«Au Québec, la loi prévoit la protection de la vie privée, précise-t-il. C'est protégé à la fois par la Charte des droits et libertés de la personne et par le Code civil.»

Ainsi, si vous avez eu un problème de consommation de drogue ou d'alcool il y a quelques années et qu'il est maintenant réglé, vous pouvez agir comme si cela était une composante de votre vie privée et ne pas révéler ce fait à un futur employeur.

De la même façon que vous pourriez taire un problème de dos que vous avez eu et qui est maintenant réglé.

Toutefois, en droit, il y a toujours des nuances.

«Si l'employeur vous pose directement la question dans le cadre du processus d'embauche et que vous ne dites pas la vérité, vous pourriez avoir un problème s'il apprend que vous avez fait une fausse déclaration, indique Me Forest. Cela pourrait être susceptible d'entraîner des mesures disciplinaires qui pourraient aller jusqu'au congédiement. Vous pourriez par contre décider de contester ces mesures disciplinaires.»

Qu'arrivera-t-il si Caroline obtient un emploi et qu'elle recommence à consommer?

»D'après certaines décisions du tribunal, un problème de consommation peut être considéré comme un handicap au sens de la Charte, affirme l'avocat. Or, l'employeur ne peut pas congédier un employé parce qu'il est atteint d'un handicap. Il est obligé de trouver un accommodement raisonnable. Cela peut signifier de permettre à la personne de suivre une cure de désintoxication.»

Question fréquente

Je quitterai mon emploi à la fin du mois de janvier après plus de 10 ans en poste. Aurai-je droit à 4% ou à 6% d'indemnité? Comment calculer la somme à laquelle j'aurai droit?

RÀ votre départ, votre employeur doit vous verser votre indemnité de vacances accumulée dans l'année de référence. À moins que votre employeur ait fixé d'autres dates, elle s'étend du 1er mai au 30 avril. Puisque vous êtes en poste depuis cinq ans et plus, votre indemnité correspond à 6% de votre salaire gagné dans l'année de référence.

Source: Commission des normes du travail

Vous avez des questions sur le monde de l'emploi? Écrivez-moi à mletarte@lapresse.ca.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer