Le sport, au bureau

Une séance d'entraînement physique en entreprise avec l'entraîneur... (Photo fournie par Mathieu Sirois)

Agrandir

Photo fournie par Mathieu Sirois

Une séance d'entraînement physique en entreprise avec l'entraîneur personnel Mathieu Sirois, de Sprint Santé.

Marielle Rougerie
La Presse

Un échauffement entre la photocopieuse et la machine à café, des pompes à deux pas de son cubicule ou bien encore des exercices abdos-fessiers dans la salle de conférence: ces scènes sont de plus en plus fréquentes à mesure que le sport en entreprise gagne en popularité.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à faire bouger leurs employés directement sur les lieux de travail. «La pratique se développe rapidement depuis deux ou trois ans. Je suis à l'origine entraîneur à domicile, mais la demande nous a fait créer un volet entreprise», explique Mathieu Sirois, entraîneur personnel chez Sprint Santé à Laval. «Les employeurs sont de plus en plus sensibilisés à la prévention en matière de santé.»

Les entreprises s'entendent fréquemment avec des clubs de gym ou des centres de conditionnement physique pour que leurs employés bénéficient de tarifs préférentiels. Mais encore faut-il être assez motivé pour se rendre sur les lieux. «Là, c'est le club de gym qui vient aux employés, et c'est encourageant pour l'employé de voir que l'employeur est engagé», souligne Mathieu Sirois.

De plus, l'employeur n'a pas à investir dans une salle ou des équipements sportifs. «J'arrive avec tout le matériel. La séance de 45 minutes se déroule dans une salle libre de l'entreprise ou dans un parc à proximité des bureaux quand le temps le permet», explique M. Sirois.

«Les employés sont contents de pouvoir insérer une routine sportive et santé dans leur semaine sans avoir à voler du temps dédié à d'autres activités», poursuit M. Sirois, qui précise que l'atout est aussi économique. Dans la plupart des cas, l'employeur couvre une partie des coûts. «La séance revient à entre 5$ et 8$ pour le salarié.»

«Dépendant des moyens de l'entreprise à ce moment-là, nous payons la totalité ou la moitié des frais», explique Chris-Ann Nakis, propriétaire de plusieurs restaurants Bâton Rouge à Montréal. «Un entraîneur personnel vient au restaurant. Par manque de place, les employés se déplacent aussi à son studio tout proche.»

Un employé en forme...

Les bienfaits du sport au bureau se font sentir d'abord sur la forme physique: amélioration des capacités cardio-vasculaires, prévention des maux de dos, réduction des risques de cancer, de l'obésité...

«Tout a commencé il y a sept ans quand une employée a reçu un diagnostic de sclérose en plaques. Elle était affaiblie et fatiguée, mais voulait continuer à travailler au restaurant. J'ai fait appel à un entraîneur d'un centre de conditionnement physique voisin, Total Home Training, pour lui préparer des exercices pour l'aider à agir contre la douleur et la fatigue. Depuis, elle est en très bonne forme physique et nous offrons maintenant le programme à tous les employés intéressés», raconte Mme Nakis.

Les séances sont collectives, mais les exercices sont adaptés en fonction de chaque employé. «Certains ont déjà couru un marathon alors que d'autres ont un rythme de vie très sédentaire. Le circuit d'entraînement avec exercices musculaires et cardio-vasculaires est fait sur mesure pour chacun d'entre eux. Mais ils ont tous un objectif commun: se mettre en forme», indique M. Sirois.

L'activité physique au bureau est aussi un outil de bien-être psychologique et développe l'esprit d'équipe et la cohésion chez les salariés.

... et une entreprise en santé

Le sport en milieu de travail bénéficierait aussi directement aux entreprises et aux employeurs. Des employés en santé sont des employés moins malades et, par conséquent, moins absents. Selon Santé Canada, l'implantation d'un programme de promotion de la santé et du mieux-être au travail contribue à la diminution des coûts d'assurance maladie, d'indemnisation des accidentés du travail, des coûts reliés à l'absentéisme et à une diminution du roulement de personnel.

Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Stockholm en 2011 révèle également que réduire le temps de travail pour permettre aux employés de faire de l'activité physique peut augmenter leur productivité. En un an, les employés qui ont remplacé 2,5 heures de travail par semaine par une activité sportive ont nettement augmenté leur quantité de travail.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer