La sélection: de bons dividendes de sources variées

Telus, un des trois plus importants acteurs du... (Photo: Archives Reuters)

Agrandir

Photo: Archives Reuters

Telus, un des trois plus importants acteurs du secteur des télécommunications au Canada, tire plus de la moitié de ses revenus des services sans fil en Alberta et en Colombie-Britannique, ce qui lui procure une croissance organique élevée.

Jean Gagnon., collaboration spéciale
La Presse

De nombreux investisseurs n'en ont que pour les titres à dividendes, et ce n'est pas étonnant. «En cette période d'incertitude économique, les dividendes procurent plus de stabilité aux portefeuilles», affirme d'entrée de jeu Marie-Ève Savard, cogestionnaire des fonds nord-américains et des fonds de revenu chez Investissements Standard Life. «De plus, les actions de sociétés qui ont augmenté ou simplement maintenu leurs dividendes ont surperformé l'indice S&P/TSX au cours des 25 dernières années», ajoute-t-elle. Est-il nécessaire d'ajouter que le rendement du dividende de 3% de l'indice est nettement plus attrayant que le rendement de 1,7% offert par les obligations à 10 ans du gouvernement du Canada? Cet écart n'aura jamais été aussi grand. Longtemps ce fut le rendement des obligations qui était supérieur à celui des dividendes sur les actions cotées en Bourse.

Comme les titres à dividende sont populaires depuis déjà quelques années, certains ont vu leur valorisation boursière augmenter de façon importante. C'est le cas entre autres des titres du secteur des services publics. «Il faut donc être sélectif», dit Mme Savard. Ses décisions d'achat et de vente s'appuient sur une philosophie d'investissement axée sur le changement. «Nous examinons ce qui est en train de changer dans la stratégie de l'entreprise et comment ce changement est reflété ou non dans le cours de l'action», dit-elle.

Elle nous propose une sélection de quatre titres, provenant tous de secteurs d'activité différents, et qui conjuguent dividende et potentiel de croissance.

Telus (T.A)

Cours: 63,77$

Haut et bas (52 semaines): 65,26$ - 49,79$

Bénéfices par action: 6,54$

Dividende: 4,1%

Telus, un des trois plus importants acteurs du secteur des télécommunications au Canada, tire plus de la moitié de ses revenus des services sans fil en Alberta et en Colombie-Britannique, ce qui lui procure une croissance organique élevée. Au cours de la prochaine année, les dépenses en capital devraient diminuer, tout comme la pression sur les marges de profits liées au développement du service de télévision IP (Internet Protocol). «Cela devrait favoriser la croissance des flux monétaires et des dividendes», dit la gestionnaire dont le cours cible pour les 12 prochains mois est de 72$. L'objectif de la société est d'augmenter son dividende de 10% par année.

Brookfield Office Properties (BPO)

Cours: 16,17$

Haut et bas (52 semaines): 18,60$ - 14,04$

Bénéfices par action: 2,26$

Dividende: 3,5%

Brookfield Office Properties, qui fait affaire dans le secteur immobilier commercial, est une société d'envergure internationale qui fut incorporée au Canada, mais dont le siège social est à New York. Elle détient, aménage et gère des immeubles à bureaux de premier ordre dans des grandes villes d'Amérique du Nord ainsi qu'en Australie et au Royaume-Uni. Marie-Ève Savard estime que le cours actuel n'accorde pas de valeur pour les locaux inoccupés au World Financial Center à New York, ainsi qu'aux acquisitions récentes. Elle fixe un cours cible de 20$ qui s'appuie sur d'excellentes perspectives quant à de nouveaux locataires.

Vermillion Energy (VET)

Cours: 49,11$

Haut et bas (52 semaines): 49,92$ - 41,25$

Bénéfices par action: 1,45$

Dividende: 4,7%

Vermillion Energy fait dans l'exploitation, la mise en valeur et la production de pétrole et de gaz naturel au Canada, en France, en Irlande, aux Pays-Bas et en Australie. Son profil de croissance de sa production à long terme est de 10% en moyenne par année. Bien qu'elle puisse être plus faible au cours des deux prochaines années, la croissance de la production va s'accélérer lorsque le projet Corrib en Irlande sera terminé. «Le dividende pourra alors être augmenté significativement», dit la gestionnaire de la Standard Life. Vermillion Energy jouit également d'une position stratégique dans le Duvernay, une région émergente de l'Ouest canadien. Grâce à une situation financière solide, la société pourrait procéder à d'autres acquisitions. Le cours cible est de 55$.

Kraft Foods Group (KRFT)

Cours:44,88$ US

Haut et bas (52 semaines): 48,00$ US - 42,00$ US

Bénéfices par action: 3,29$ US

Dividende: 4,5%

Le 1er octobre, le géant américain de l'alimentation Kraft a été scindé en deux parties. Kraft Foods est celle qui produit et distribue les produits alimentaires emballés en Amérique du Nord. La gamme de produits comprend des boissons, des fromages, des mets préparés, des produits d'épicerie et des services alimentaires. Elle exploite également un segment canadien. L'autre partie est Mondelez International, qui vise les pays émergents. «En tant qu'entreprise autonome, Kraft devrait finalement être en mesure d'améliorer sa productivité», dit Marie-Ève Savard. Les économies au chapitre des coûts permettront d'investir en publicité, ce qui devrait stimuler la croissance des revenus. Plus de flux monétaires seront alors retournés aux actionnaires. Un taux dividende déjà à 4,5% et un potentiel d'acquisitions aux États-Unis justifient un cours cible de 50$, selon la gestionnaire.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer