La sélection: de la croissance à prix raisonnable

Alamos Gold devrait produire plus de 200 000 onces... (Bloomberg)

Agrandir

Bloomberg

Alamos Gold devrait produire plus de 200 000 onces d'or en 2012 et, grâce à deux projets dans le nord-ouest de la Turquie, cette production devrait grimper jusqu'à 400 000 onces d'ici 2016.

Jean Gagnon., collaboration spéciale
La Presse

Un style de gestion a été surnommé «GARP» pour l'expression «growth at a reasonable price», c'est-à-dire la recherche de la croissance à un prix raisonnable. C'est cette approche qu'utilise John Goldsmith, qui gère les actions canadiennes chez Placements Montrusco Bolton.

«Nous investissons à long terme en utilisant un processus d'investissement discipliné qui comporte quatre étapes, soit l'analyse fondamentale, la mesure de la valorisation, la gestion du risque et, finalement, la discipline de vente», dit-il. Le gestionnaire recherche les entreprises qui génèrent des flux de trésorerie positifs et qui réalisent un rendement sur le capital investi de plus de 10%.

«Nous fixons des cours cibles à la hausse et à la baisse qui permettent d'évaluer le potentiel de gain et le risque de perte», explique M. Goldsmith. En divisant l'un par l'autre, on obtient un ratio qui facilitera la prise de décision. «On ne s'intéressera qu'aux entreprises dont le ratio du potentiel à la hausse par rapport au risque à la baisse excède 1,5», dit-il.

Le gestionnaire met l'accent sur la sélection de titres, et non sur les facteurs macro-économiques. «La valeur ajoutée de nos investissements provient de la sélection des titres dans 66% à 75% des cas», assure-t-il. Voici la sélection qu'il nous propose.

Cenovus Énergie (T.CVE)

Cours: 33,42$

Haut et bas (52 semaines): 39,64$ - 29,83$

Bénéfices par action: 2,11$

Dividende: 2,6%

Important producteur intégré d'énergie avec un accent sur les sables bitumineux, CVE détient des intérêts de 50% dans deux raffineurs américains exploités par Phillips 66. Ses revenus proviennent à 64% de la production de pétrole et le reste du gaz naturel. Environ 70% des la production de pétrole provient des sables bitumineux.

Alors que tous les efforts sont faits pour atteindre un niveau de production quotidien de 500 000 barils par jour, la firme génère des flux de trésorerie positifs.

Le cours cible a été fixé à 42$, et l'entreprise verse un dividende annuel de 88 cents pour un rendement de 2,6% sur le cours actuel du titre.

Pembina Pipeline (T.PPL)

Cours: 27,36$

Haut et bas (52 semaines): 31,15$ - 24,86$

Bénéfices par action: 0,85$

Dividende: 5.9%

Elle possède l'un des plus gros réseaux de pipelines canadiens pour le pétrole extrait de sables bitumineux, pour le pétrole classique et pour les liquides de gaz naturel.

Une des forces de PPL est sa capacité de fractionner le gaz naturel en quatre types de liquide, soit en éthanol, en propane, en butane et en condensat, explique John Goldsmith. Cette capacité de fractionnement lui confère un net avantage, car, comme le gouvernement canadien espère doubler le taux de production de sables bitumineux de 1,6 à 3,2 millions de barils par jour d'ici 2020, il va falloir 400 000 barils par jour de condensat additionnel pour transporter le bitume, estime M. Goldsmith.

La firme a récemment annoncé des projets de plus de 1 milliard de dollars pour accroître ses capacités en pipelines et en fractionnement. Le cours cible est de 32$, et le dividende annuel de 1,62$ assure un rendement du dividende de 5,9%.

Franco-Nevada (T.FNV)

Cours: 59,67$

Haut et bas (52 semaines): 60,62$ - 37,68$

Bénéfices par action: 0,10$

Dividende: 1,2%

Elle ne possède pas de mines comme telles, mais elle encaisse d'importantes redevances sur des productions d'or et d'autres commodités. Propriété de Newmont à titre de détenteurs de redevances, FNV est devenu une société ouverte en 2007, l'action étant émise à 15,20$. Depuis ce moment, elle est celle parmi les titres de grande capitalisation associés au secteur de l'or qui a réalisé la meilleure performance de toutes. Elle affiche un rendement total de 297%, comparativement au prix de l'or qui s'est apprécié de 119% et au fonds négocié en Bourse regroupant les producteurs d'or (GDX) qui a gagné uniquement 17%, constate M. Goldsmith.

Le gestionnaire suggère toutefois aux investisseurs d'être alerte étant donné que le titre s'approche de son cours cible de 62$.

Alamos Gold (T.AGI)

Cours: 19,22$

Haut et bas (52 semaines): 21$ - 13,84$

Bénéfices par action: 0,70$

Dividende: 1%

Elle devrait produire plus de 200 000 onces d'or en 2012 et, grâce à deux projets dans le nord-ouest de la Turquie, cette production devrait grimper jusqu'à 400 000 onces d'ici 2016.

AGI se distingue surtout par ses coûts de production qui se situent entre 365$ et 390$ avant redevance comparativement à la moyenne de l'industrie mondiale qui est au-dessus de 775$ l'once, indique John Goldsmith.

De plus, AGI est un des seuls producteurs d'or dont la capitalisation boursière surpasse 2 milliards qui génèrent continuellement des flux de trésorerie positifs et dont le rendement de l'avoir des actionnaires surpasse 15%. Le cours cible est de 23$.

-------------------

NOTRE SPÉCIALISTE

JOHN GOLDSMITH

Gestionnaire d'actions canadiennes chez Placements Montrusco Bolton

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer