La valeur ajoutée par des FNB filtrés

Au plan sectoriel, le gestionnaire Stéphane Martineau regarde... (Bloomberg)

Agrandir

Bloomberg

Au plan sectoriel, le gestionnaire Stéphane Martineau regarde d'un oeil favorable le secteur de la technologie parce que les titres du secteur ont des liquidités à ne plus savoir quoi en faire, ils n'ont pas ou peu de dettes et ils affichent une belle croissance, entre autres, dans les pays émergents.

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) Stéphane Martineau, gestionnaire de portefeuille de l'équipe Leblanc Martineau St-Hilaire chez Valeurs mobilières Desjardins, refuse de faire de la sélection d'actions. Il préfère gérer de façon active une panoplie de fonds négociés en Bourse (FNB). «Notre objectif est de créer de l'alpha (de la surperformance par rapport aux indices de référence) sans faire de sélection individuelle d'actions. Une façon d'y arriver est de choisir des FNB filtrés», explique-t-il. Un FNB filtré choisit ses titres en fonction de critères par rapport à l'indice de référence qui lui n'est pas filtré.

Il choisit ses FNB filtrés en fonction de trois critères: la répartition sectorielle, la répartition géographique et la répartition de devises.

Au plan sectoriel, le gestionnaire de 44 ans regarde d'un oeil favorable le secteur de la technologie parce que les titres du secteur ont des liquidités à ne plus savoir quoi en faire, ils n'ont pas ou peu de dettes et ils affichent une belle croissance, entre autres, dans les pays émergents. A contrario, l'énergie et les matériaux traînent la patte. M. Martineau se montre plus pessimiste à l'égard des matériaux que de l'énergie, secteur pour lequel secteur il prévoit une remontée à moyen terme.

iShares S&P/TSX Canadian Dividend Aristocrats Index Fund (T.CDZ)

Fermeture hier: 21$

Sommet 52 semaines: 22,63$

Bas 52 semaines: 18,42$

Dividende annuel: 0,72$

Ce FNB se concentre sur les entreprises canadiennes qui ont augmenté leur dividende annuel 5 fois au cours des 6 dernières années. Le fonds se compose de 58 sociétés, dont Tim Hortons, CN et Rogers. Le FNB a surperformé le TSX de 10 points de pourcentage en 3 ans et de près de 4 points sur 5 ans. «Au cours des 25 dernières années, souligne Stéphane Martineau, CA, ces sociétés canadiennes ont crû à un taux annuel composé de 12,5%, ce qui dépasse l'indice S&P/TSX qui a progressé de 7,4%.» En passant, le dividende donne un rendement courant de 4%.

iShares S&P US Dividend Growers Index Fund (T.CUD)

Fermeture hier: 21,52$

Sommet 52 semaines: 22,71$

Bas 52 semaines: 18,42$

Dividende annuel: 0,53$

Même philosophie que le FNB précédent, mais du côté américain. Le FNB, qui neutralise le risque de change, garde en portefeuille des sociétés qui ont augmenté leur dividende chaque année au cours des 25 dernières années comme les Coca-Cola, Walgreen et Target, notamment. La surperformance historique est toutefois moins prononcée. Le CUD offre une valeur ajoutée de 50 points de base sur 5 ans par rapport au S&P 500 et de près de 200 points en 3 ans. Le rendement du dividende s'élève à 3,3%.

Guggenheim Insider Sentiment (T.NFO)

Fermeture hier: 31,41$US

Sommet 52 semaines: 37,33 US$

Bas 52 semaines: 25,47 US$

Dividende annuel: 0,54 US$

M. Martineau propose un autre fonds négocié en Bourse filtré. Il s'agit d'un FNB américain, non couvert contre le risque de change, qui s'appuie sur deux facteurs. Le premier, qui a plus de poids, repose sur les comportements d'achat d'initiés de 6000 sociétés. «Le deuxième facteur, précise le gestionnaire, porte sur les hausses de prévisions de profit par action de la part des analystes.» Quand les deux facteurs sont positifs, le titre entre dans le fonds. Time Warner, Best Buy, et GE apparaissent parmi les 100 titres sélectionnés. En 5 ans, la performance du FNB excède de 4 points de pourcentage le S&P 500.

PowerShares FTSE RAFI Emerging Markets (PXH)

Fermeture hier: 19,36$US

Sommet 52 semaines: 26,15$US

Bas 52 semaines: 18,01$US

Dividende annuel: 0,58$US

M. Martineau investit environ 15% de ses portefeuilles dans les pays émergents. L'indice RAFI, pour Research Affiliates Fundamental Index, filtre les sociétés selon quatre facteurs: les ventes, les flux de trésorerie, la valeur comptable et les dividendes. Bank of China, Infosys et Taiwan Semiconductor sont trois exemples parmi les 322 entreprises. Habituellement, les indices trient les entreprises par la valeur de leur capitalisation boursière. En trois ans, le rendement annuel du FNB est de 26,3%, mais en recul de 9% depuis un an. Les investissements se concentrent dans quatre pays: Brésil, Taïwan, Chine et Afrique du Sud.

Prenez note que la rubrique Sélection fera relâche en juillet.

---------------

NOTRE SPÉCIALISTE

Stéphane Martineau

Vice-président et gestionnaire de portefeuille Équipe Leblanc Martineau St-Hilaire chez Valeurs Mobilières Desjardins

Style de gestion : répartition géographique et sectorielle en fonction des macrotendances économiques

Actif sous gestion : Plus de 200 millions $

Clientèle : particuliers

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer