La sélection: patience en attendant la prochaine correction

La gestionnaire de portefeuille Veronika Hirsch aime ce qu'elle... (Photo: Reuters)

Agrandir

Photo: Reuters

La gestionnaire de portefeuille Veronika Hirsch aime ce qu'elle voit dans BCE, surtout dans l'environnement actuel où le marché canadien ne fait rien qui vaille.

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) Veronika Hirsch, chef des investissements chez BluMont Capital, avait eu à faire sa sélection initiale au beau milieu de la crise européenne des dettes souveraines en août dernier. Dans cet environnement imprévisible, elle avait choisi des titres défensifs, BCE, et des titres faisant l'objet d'une offre d'achat à l'issue incertaine, Zarlink et TMX. Les choix ont été heureux, comme on le verra plus tard.

Pour la suite des choses, Mme Hirsch ne pèche pas par excès de confiance. Elle s'attend à une répétition de l'an dernier avec un été pénible suivi d'un rebond au quatrième trimestre. «Il n'y a pas de liquidités dans le marché, déplore-t-elle. Les investisseurs étrangers abandonnent le Canada parce qu'ils n'ont plus d'appétit pour nos titres de ressources. Ils se tournent vers les titres de biens de consommation que l'on trouve en plus grand nombre aux États-Unis», poursuit-elle.

Groupe TMX (T.X)

Prix fermeture mardi 8 mai: 47,08$

Prix le 9 août 2011: 41,10$

Variation entre le 9 août 2011 et le 8 mai 2012: 14,6%

Dividende annuel: 1,60$

À ce moment-ci, Veronika Hirsch encaisse ses profits. Elle se réjouit du comportement de l'action depuis août dernier. Elle craint maintenant que les autorités réglementaires imposent trop d'exigences au groupe canadien Maple, propriétaire de la plateforme boursière Alpha. Sur le plan conjoncturel, Mme Hirsch entrevoit des années moins fastes pour la Bourse canadienne, qu'elle soit fusionnée ou non. Entre 47$ et 49,50$, elle vend ses actions de TMX. La gestionnaire se laisse tenter par Open Text (OTC), dans l'optique d'une revente rapide. «J'achète à 50$ pour revendre à 60$», dit-elle.

Guardian Capital (T.GCG.A)

Prix fermeture mardi 8 mai: 9,60$

Prix le 9 août 2011: 10,50$

Variation entre le 9 août 2011 et le 8 mai 2012: -8,6%

Dividende annuel: 17 cents

Mme Hirsch avait acheté le gestionnaire de patrimoine dans l'espoir qu'il devienne la proie d'une banque. À contrecoeur, elle exclut dorénavant ce scénario pour 2012. Elle conserve GCG en portefeuille malgré tout, à défaut de solution de remplacement. Le titre est peu liquide et le rendement du dividende est faible.

BCE (T.BCE)

Prix fermeture mardi 8 mai: 40,50$

Prix le 9 août 2011: 37,16$

Variation entre le 9 août 2011 et le 8 mai 2012: 9%

Dividende annuel: 2,17$

La gestionnaire de portefeuille aime ce qu'elle voit dans BCE, surtout dans l'environnement actuel où le marché canadien ne fait rien qui vaille. «Les chiffres sont bons. Astral est une bonne acquisition à long terme. Récemment, le management s'est engagé à continuer d'augmenter le dividende chaque année. C'est ce que j'aime entendre.» Elle conserve jusqu'à ce que BCE atteigne 45$.

Student Transportation (T.STB)

Prix fermeture mardi 8 mai: 6,75$

Prix le 9 août 2011: 6,19$

Variation entre le 9 août 2011 et le 8 mai 2012: 9,1%

Dividende annuel: 56 cents

Consolidateur de l'industrie de transport scolaire au Canada et aux États-Unis, STB a conclu au début de mai une acquisition à très bon prix, selon l'invitée de la semaine. Les contrats dans les États du Texas et de Washington ajoutent des revenus de 19 millions par année pour un prix d'achat de 6,4 millions. «Comme il n'y a pas de titres de consommation intéressants au Canada, j'achète des sociétés qui croissent par acquisition comme Open Text et Student Transportation.» Elle conservera l'action jusqu'à ce que son prix grimpe à 8$. Cependant, elle ne croit pas que ça arrivera en 2012.

Zarlink Semiconductor (T.ZL)

Prix fermeture 26 octobre 2011: 3,99$

Prix le 9 août 2011: 3,07$

Variation entre le 9 août 2011 et le 26 octobre 2011: +30%

Dividende annuel: s.o.

Zarlink était l'objet d'une offre d'achat hostile par l'américaine Microsemi à 3,35$ l'action au moment de la sélection initiale le 9 août 2011. Le marché désespérait de ne pas voir arriver un chevalier blanc et le titre se vendait à escompte par rapport au prix offert par Microsemi. Finalement, Microsemi a joué les rassembleurs et a bonifié son offre. ZL a été retiré de la Bourse le 28 octobre 2011 à 3,99$. Mme Hirsch suggère d'acheter du Stella-Jones (JS), fabricant de poteaux de bois et de traverses liant les rails de chemin de fer, qui se vend à 12 fois les profits de l'an prochain. «Le Québec a besoin d'un nouveau chemin de fer sur la Côte-Nord et les CN et le CP ont sous-investi dans leur réseau et doivent maintenant faire du rattrapage», dit Veronika Hirsch.

----------------------

NOTRE SPÉCIALISTE

VERONIKA HIRSCH

Chef des Investissements chez BluMont Capital

Fonds dont elle a la gestion : Fonds Exemplar axé sur le marché canadien, Fonds Exemplar Leaders, Fonds BluMont Hirsch Performance Actif sous gestion : 125 millions

Clientèle : Grand public (Fonds Exemplar axé sur le marché canadien et Exemplar Leaders) et investisseurs accrédités (BluMont Hirsch Performance)

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer