L'euro baisse face au dollar

L'euro perdait jeudi un peu du terrain conquis ces derniers jours face au... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

L'euro perdait jeudi un peu du terrain conquis ces derniers jours face au dollar, tandis que le réal brésilien s'effondrait du fait de la tourmente politique que doit affronter le président du Brésil.

Vers 14h, l'euro valait 1,1087 dollar, contre 1,1157 dollar mercredi vers 17h.

La monnaie unique baissait très légèrement face à la monnaie nipponne, à 123,68 yens pour un euro contre 123,80 yens mercredi soir.

Le billet vert montait face à la devise japonaise, à 111,55 yens pour un dollar contre 110,96 yens la veille au soir.

Pour l'euro, «la pression des acheteurs s'est détendue», a décrit Greg Anderson de BMO Private Bank.

L'euro reprenait son souffle après avoir très fortement augmenté lors des dernières séances, ce qui lui avait permis d'atteindre des sommets face au dollar depuis l'élection du président américain Donald Trump en novembre.

Les déboires politiques de ce dernier ont déclenché une vague de doutes sur sa capacité à mettre en oeuvre son programme économique et ont eu tendance à pénaliser le billet vert.

«Des indicateurs économiques plus faibles aux États-Unis ont contribué à faire reculer les attentes de hausse des taux de la Fed», a complété Omer Esiner de Commonwealth Foreign Exchange.

Contrairement aux données de ces dernières semaines, avec notamment une déception sur la croissance américaine au premier trimestre, les indicateurs du jour étaient toutefois plutôt encourageants.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de manière inattendue tandis que l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a encore accéléré en mai.

De son côté le réal brésilien a perdu plus de 6% de sa valeur face au dollar après les graves accusations de corruption visant le président brésilien Michel Temer et alors que les appels à la démission se multiplient contre le chef de l'État, qui devrait s'exprimer en fin de journée.

Selon le journal O Globo, le président a été enregistré par un chef d'entreprise en train de donner son accord pour le versement de pots-de-vin pour acheter le silence d'Eduardo Cunha, ancien patron de la chambre des députés, aujourd'hui en prison pour son implication dans le méga-scandale de corruption Petrobras.

Un dollar valait 3,3355 réals brésiliens contre 3,1391 réals brésiliens la veille.

Greg Anderson nuançait toutefois les effets à moyenne terme de cette crise sur le marché des changes.

«Même s'il y a une destitution et que cela traîne jusque-là, la tendance est en faveur du Brésil avec un afflux important de capitaux au travers de la balance des paiements», a-t-il détaillé.

De son côté la livre britannique repartait en baisse face au dollar après avoir franchi ponctuellement le cap symbolique des 1,30 dollar.

«Le bond des ventes de détail le mois dernier a aidé à apaiser les inquiétudes sur un affaiblissement des dépenses de consommation sur fond de croissance modérée des salaires et de pression accentuée sur les prix», a commenté Omer Esiner.

La livre avait déjà été soutenue la veille par l'annonce d'une légère baisse du taux de chômage au Royaume-Uni.

Vers 14h, la livre britannique montait face à la monnaie unique européenne, à 85,76 pence pour un euro, mais reculait face au billet vert, à 1,2928 dollar pour une livre.

La monnaie suisse montait face à l'euro, à 1,0885 franc pour un euro, mais baissait face au dollar, à 0,9818 franc pour un dollar, son niveau le plus fort depuis le 9 novembre.

La devise chinoise a terminé en baisse face au dollar, à 6,8892 yuans pour un dollar à 11h25 contre 6,8784 yuans mercredi à 11h20.

L'once d'or a fini à 1255,90 dollars au fixing du soir, contre 1257,40 dollars mercredi.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer