Toronto en hausse malgré les ressources

«Les marchés continuent de s'accrocher à un contexte... (AP)

Agrandir

«Les marchés continuent de s'accrocher à un contexte économique mondial favorable, à un changement de présidence à la banque centrale américaine et à l'attente que la réforme fiscale porte ses fruits», ont commenté les analystes de Schwab.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les titres du secteur de la santé ont aidé le principal indice de la Bourse de Toronto à atteindre de nouveaux sommets, mardi, en dépit de reculs constatés du côté des secteurs de l'énergie et des mines.

L'indice composé S&P du parquet torontois a pris 39,59 points, terminant à 16 131,79 points, dans le cadre d'une séance où le titre de Valeant Pharmaceuticals a bondi de 17%.

L'action de la controversée pharmaceutique a clôturé à 18,09 $ après le dévoilement d'un profit de 1,3 milliard US au troisième trimestre. Le dévoilement des résultats survenait une journée après que Valeant eut annoncé une transaction afin de vendre son médicament contre la dysfonction sexuelle féminine en échange d'une redevance sur les ventes.

«Valeant a repris du poil de la bête récemment, mais (l'action) est encore loin de se transiger à son niveau d'antan, a expliqué Allan Small, un conseiller en investissement principal chez Holliswealth. L'entreprise se déleste d'actifs pour payer sa dette et déployer son plan de redressement.»

La pharmaceutique continue néanmoins à faire face à une multitude de poursuites judiciaires, dont une déposée par son ex-grand patron, en plus d'être visées par des enquêtes aux États-Unis à propos de ses politiques entourant le prix de certains médicaments.

La pharmaceutique a brièvement été la plus grande société canadienne au chapitre de la valeur boursière en 2015. Son action valait plus de 300 $, mais le titre a plongé en raison des nombreuses controverses ayant entaché sa réputation.

Le dollar canadien a terminé à 78,22 cents US, en baisse de 0,24 cent US.

À la Bourse des matières premières de New York, le prix du baril de pétrole pour livraison en décembre a reculé de 15 cents US, à 57,20 $ US. Le prix du lingot d'or pour livraison en décembre a cédé 5,80 $, à 1275,80 $ US l'once. Le prix de la livre de cuivre a clôturé à 3,09 $ US, en baisse de sept cents US.

Du côté de Wall Street, la Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé mardi, sous l'effet de prises de bénéfices après deux séances de suite à des records sur les trois principaux indices: le Dow Jones a avancé de 0,04% et le Nasdaq a perdu 0,27%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 8,81 points à 23 557,23 points, inscrivant un nouveau record.

Le Nasdaq, à prédominance technologique, a abandonné 18,65 points à 6767,78 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,02%, ou 0,49 point, à 2590,64 points.

«Il s'agit simplement de prises de profits après plusieurs séances de progression sur les indices», a réagi Peter Cardillo de First Standard Financial.

Le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P 500 ont inscrit des plus hauts historiques lors des deux dernières journées de cotation, profitant notamment de résultats trimestriels d'entreprises favorables et d'une forte hausse des prix du pétrole.

«Le marché tente de digérer ce mouvement, c'est parfaitement sain», a commenté Adam Sarhan de 50 Park Investment.

Les suites de la réforme fiscale aux États-Unis sont également surveillées, «les investisseurs attendent des informations sur le calendrier et l'ampleur de la réforme», a commenté Adam Sarhan de 50 Park Investment.

Pour le moment, il y a «plus de bruit que d'informations» sur le sujet, a affirmé le cabinet Factset, la presse américaine alternant entre optimisme et obstacles à l'application rapide de la baisse de l'impôt pour les sociétés qui devrait passer de 35% à 20%.

Sur le front des valeurs, le site de réservation touristique TripAdvisor s'est effondré (-23,2%) après la publication de prévisions de croissance jugées décevantes pour cette année.

Twitter, qui a décidé de doubler la longueur maximale des tweets, la faisant passer à 280 caractères après un test réussi, a progressé de 1,4%.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer