Wall Street poursuit sa tendance haussière

Le marché poursuivait sa hausse après cinq clôtures... (AP)

Agrandir

Le marché poursuivait sa hausse après cinq clôtures d'affilée en progression pour le Dow Jones et six pour le Nasdaq et le S&P 500. Les trois indices ont fini chacun, lundi et mardi, à des niveaux records.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street était en progression à la mi-séance mardi, après la publication d'un nouvel indicateur favorable et dans le sillage des records atteints par les indices ces derniers jours: le Dow Jones prenait 0,16% et le Nasdad 0,10%.

Vers midi, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average progressait de 35,76 points à 22 677,43 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 6,82 points à 6538,53 points

L'indice élargi S&P 500 s'adjugeait 0,16% ou 3,93 points à 2538,51 points.

À Toronto, le S&P TSX gagnait 0,03% ou 5,35 points à 15 733,86 points.

Le marché poursuivait sa hausse après cinq clôtures d'affilée en progression pour le Dow Jones et six pour le Nasdaq et le S&P 500. Les trois indices ont fini chacun, lundi et mardi, à des niveaux records.

Wall Street était soutenue par la publication de l'indicateur d'activité dans les services aux États-Unis bien au-dessus des anticipations en septembre. Il s'est établi à 59,8%, selon l'indice des directeurs d'achats de l'association professionnelle ISM.

Ce chiffre intervient au surlendemain de la publication d'un indice manufacturier au plus haut depuis mai 2004 et au lendemain de statistiques sur les ventes automobiles plus élevées qu'anticipé à 1,52 million de véhicules neufs écoulés.

«Ces bonnes statistiques sont surtout liées aux suites des ouragans. Les chiffres automobiles en hausse sont liés aux achats de remplacement après les destructions. Idem pour l'indice manufacturier qui bénéficie des reconstructions. Cela n'indique pas un retournement magique de l'économie», a tempéré Phil Davis de PSW Investment.

Les cours étaient moins affectés mercredi par la publication par la société de services informatiques ADP d'un ralentissement des créations d'emplois dans le secteur privé aux États-Unis en septembre, s'établissant à 135 000, contre 228 000 en août. Un signal important avant la publication vendredi du rapport officiel sur l'emploi et le chômage aux États-Unis.

«L'événement le plus important de la journée sera sans doute le discours de Janet Yellen (la présidente de la banque centrale américaine) à l'occasion d'une conférence sur le secteur bancaire», ont souligné les analystes de Daiwa Capital Markets.

Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans progressait à 2,341% contre 2,323% la veille et celui des bons du Trésor à 30 ans à 2,888% contre 2,864% mardi soir.

Sur le front des valeurs, le géant du commerce en ligne Amazon prenait 1,08% à 967,42 dollars. La Commission européenne a exigé du groupe de rembourser 250 millions d'euros d'avantages fiscaux indus au Luxembourg.

La Commission européenne a aussi assigné l'Irlande devant la Cour de justice de l'Union européenne afin d'obliger Dublin à récupérer auprès d'Apple (-0,64% à 153,49 dollars) plus de 13 milliards d'euros pour avantages fiscaux indus, comme décidé en août 2016.

Ford, qui a annoncé mardi soir vouloir économiser 14 milliards de dollars d'ici 2022 et a fait part de sa volonté de se concentrer sur les grosses voitures, tout en accélérant dans le tout-électrique et le tout-connecté, montait de 0,66% à 12,42 dollars.

Le laboratoire Mylan bondissait de 18,78% à dollars après avoir reçu le feu vert des autorités américaines du médicament pour un générique du Copaxone, le traitement contre la sclérose en place de Teva (-13,78% à 16,23 dollars).

Verizon reculait de 0,06% à 49,82 dollars. Sa filiale Yahoo!, dont le rachat a été finalisé en juin, a annoncé mardi que la cyber-attaque massive dont elle avait été victime en 2013 a affecté l'ensemble des 3 milliards de comptes d'utilisateurs et non pas seulement 1 milliard comme initialement annoncé.

La chaîne de magasins spécialisés dans les fournitures de bureau Office Depot, en difficulté, chutait de 14,60% à 3,92 dollars après avoir annoncé le rachat pour environ 1 milliard de dollars de CompuCom Systems, une plateforme fournissant des services techniques aux professionnels, et avoir abaissé ses prévisions annuelles.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer