La Corée du Nord refroidit l'ardeur des investisseurs

Wall Street a enregistré une légère baisse mercredi, les investisseurs se... (Photo Richard Drew, archives AP)

Agrandir

Photo Richard Drew, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a enregistré une légère baisse mercredi, les investisseurs se montrant frileux face aux tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis: le Dow Jones a perdu 0,17% et le Nasdaq 0,28%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones  a cédé 36,64 points à 22 048,70 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 18,13 points à 6352,33 points. L'indice élargi S&P 500, a reculé de 0,90 point, soit 0,04%, à 2474,02 points.

«Les inquiétudes géopolitiques croissantes entre les États-Unis et la Corée du Nord, expliquent (cette) faiblesse», a commenté Peter Cardillo de First Standard Financial.

Après avoir promis mardi le «feu et la colère» au régime de Kim Jong-Un, le président américain Donald Trump s'est montré, d'un simple tweet, plus menaçant encore mercredi, affirmant que l'arsenal nucléaire américain était «plus fort et plus puissant» que jamais.

Entre-temps, la Corée du Nord avait annoncé envisager des tirs de missiles près des installations militaires des États-Unis sur l'île de Guam.

«La raison pour laquelle la Bourse baisse est claire. La vraie question, c'est pourquoi est-ce que l'on ne baisse pas davantage?» a estimé Karl Haeling de LBBW.

«Tout le monde sait qu'un conflit entre les deux pays serait désastreux, mais franchement, si le marché s'attendait à ce qu'un véritable conflit ait lieu, (les indices) baisseraient plus», a continué Patrick O'Hare de Briefing dans une note.

«Vu à quel point les marchés ont monté, c'est une petite correction», a encore relativisé Karl Haeling.

Depuis le début de l'année, l'indice S&P 500 a grimpé de plus de 10%.

Cela fait plusieurs semaines que les analystes mettent en avant la valeur élevée du marché, le Dow Jones ayant encore enchaîné une série de neuf records jusqu'à lundi.

«La situation nord-coréenne est une excuse pour un repli qui était en gestation», a conclu Patrick O'Hare.

Au sein du Dow Jones, Disney a décidé de défier Netflix (-1,45%) en mettant fin au partenariat unissant les deux groupes et de désormais privilégier la diffusion de ses programmes en flux direct (streaming).

Le groupe de média et de divertissement a également annoncé un bénéfice net trimestriel en recul ainsi qu'un chiffre d'affaires sous les attentes du marché, ce qui provoquait un recul de son action de 3,9% .

Les magasins Office Depot, spécialistes des articles de bureau, ont plongé de 25,9% après avoir annoncé un chiffre d'affaires et un bénéfice par action moins bons qu'attendu. Pour le reste de l'année, le groupe a prévenu que les conditions de marché devraient rester difficiles.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a retraité de 39,02 points pour terminer la journée à 15 217,33 points. Le déclin a été relativement généralisé, mais le secteur des matériaux, qui regroupe notamment les titres de plusieurs producteurs aurifères, s'en est bien tiré avec un gain de 0,43%.

Le cours du lingot d'or a avancé mercredi de 16,70 $ US à 1279,30 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York. Ce métal précieux est généralement considéré comme une valeur refuge lors des périodes d'incertitudes géopolitiques. 

De son côté, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 78,71 cents US, en baisse de 0,20 cent US par rapport à son cours moyen de la veille.

Ailleurs à la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 39 cents US à 49,56 $ US le baril, tandis que celui du cuivre a cédé 2 cents US à 2,93 $ US la livre.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer