Wall Street monte très légèrement, interrogations sur Trump

Wall Street montait très légèrement jeudi à la mi-séance, peinant à rebondir et... (Photo Archives Associated Press)

Agrandir

Photo Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street montait très légèrement jeudi à la mi-séance, peinant à rebondir et essayant d'évaluer les éventuelles conséquences des déboires politiques du président américain Donald Trump: le Dow Jones prenait 0,03% et le Nasdaq 0,27%.

Vers midi, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 5,69 points à 20 612,62 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 16,35 points à 6027,58 points. L'indice élargi S&P 500 avançait de 2,25 points, soit 0,10%, à 2359,28 points.

Le marché «est juste en train de prendre une grande respiration pour essayer de démêler ce qui se passe vraiment», a commenté Karl Haeling de LBBW.

Dernier développement majeur en date: un ancien chef du FBI a été nommé mercredi procureur spécial aux États-Unis pour garantir l'indépendance de l'enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie.

Mercredi, la Bourse de New York avait signé sa plus forte baisse depuis l'élection américaine en novembre face à l'accumulation de polémiques semblant affaiblir le président américain et faire reculer les chances de mise en place des promesses économiques.

«À quel point les changes ont-elles vraiment changé?», s'est interrogé Karl Haeling. «Je pensais il y a quelques semaines déjà que les chances d'une relance budgétaire étaient plutôt faibles.»

Quant à une éventuelle procédure de destitution, «on en est encore loin», a-t-il jugé.

«Dans l'environnement actuel, les bonnes nouvelles ont moins d'impact que les mauvaises nouvelles», a continué Patrick O'Hare de Briefing dans une note. «La réponse aux indicateurs encourageants de ce (jeudi) matin a de ce fait été quelque peu étouffée.»

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de manière inattendue, ressortant à leur plus bas depuis fin février, tandis que l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a encore accéléré en mai selon l'antenne locale de la Réserve Fédérale (Fed).

Les investisseurs ont pris connaissance d'une augmentation un peu moins forte que prévu au mois d'avril de l'indice composite de l'activité économique du Conference Board.

Cisco décroche

Parmi les valeurs du Dow Jones, Wal-Mart prenait 2,54% à 77,03 dollars après avoir annoncé pour le dernier trimestre un chiffre d'affaires en progression de 1,4% et un bénéfice ajusté par action meilleur que prévu. Le numéro un mondial de la distribution continue sa percée dans le commerce en ligne tout en enregistrant une augmentation de la fréquentation dans ses supermarchés, au moment où la distribution traditionnelle est à la peine aux États-Unis.

L'équipementier américain en télécoms Cisco Systems a annoncé la suppression de 1100 emplois supplémentaires et fait état d'objectifs financiers décevants pour le dernier trimestre de son exercice fiscal 2016/17. Son titre décrochait de 7,57% à 31,26 dollars.

Hors de l'indice vedette, Facebook ne souffrait guère de l'amende de 110 millions d'euros que lui a infligée l'Union européenne, car le réseau social lui a fourni des renseignements inexacts pendant l'enquête sur son rachat de l'application mobile WhatsApp, et prenait même 0,98% à 146,27 dollars.

Le titre de Fiat Chrysler (FCA) chutait de 2,03% à 10,38 dollars sur sa cotation new-yorkaise, après des informations de presse évoquant une possible plainte au civil du département de la Justice américain sur le dossier des émissions polluantes de ses véhicules diesel.

Dans le même secteur, General Motors (-0,19% à 32,36 dollars) a annoncé vouloir cesser de vendre des véhicules en Inde d'ici la fin de l'année, une nouvelle étape sur sa restructuration mondiale.

Le numéro un chinois de la vente en ligne Alibaba a vu son bénéfice net presque doubler au quatrième trimestre de son exercice 2016-2017, toujours dopé par les transactions via téléphones intelligents et tablettes, mais avec un résultat en deçà des attentes sur fond de conjoncture mitigée. Il perdait 2,93% à 117,18 dollars sur sa cotation new-yorkaise.

Le groupe de services pétroliers américain Halliburton (+0,17% à 46,42 dollars) a annoncé le départ de son PDG Dave Lesar, qui sera remplacé à partir du 1er juin par son numéro 2.

Le marché obligataire montait un peu, le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculant à 2,207% jeudi contre 2,218% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,887% contre 2,904%.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer