Wall Street signe une séance mitigée

Wall Street n'a pas dégagé de tendance vendredi à l'issue d'une séance marquée... (Photo Archives Associated Press)

Agrandir

Photo Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK, TORONTO

Wall Street n'a pas dégagé de tendance vendredi à l'issue d'une séance marquée par une série mitigée d'indicateurs américains qui n'ont pas sorti le marché de son attentisme général: le Dow Jones a cédé 0,11% et le Nasdaq a pris 0,09%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a perdu 22,81 points à 20 896,61 points et le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 5,27 points à 6121,23 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 3,54 points, soit 0,15%, à 2390,90 points.

«Le marché est resté dans le rouge pendant l'essentiel de la séance, face à des statistiques économiques mitigées», a résumé David Levy, de Republic Wealth Advisors.

Les prix à la consommation sont repartis à la hausse en avril aux États-Unis, mais cela s'explique avant tout par une flambée du secteur de l'énergie, et, surtout, les ventes au détail, témoin de la consommation, ont accéléré au même mois à un rythme moins prononcé que prévu.

Certes, les investisseurs ont aussi pris connaissance d'une amélioration inattendue du moral des ménages ce mois-ci, selon un indice établi par l'Université du Michigan, mais Wall Street n'y a guère réagi.

Dans l'ensemble, «les investisseurs essaient d'évaluer quelle sera l'étape suivante pour la Bourse», a reconnu M. Levy, soulignant que, pour l'heure, «les tendances récentes continuent».

Autrement dit, Wall Street reste peu animée au sortir d'une semaine particulièrement calme, avec une petite prime au Nasdaq grâce à la bonne tenue du secteur technologique.

«La "pause-rafraîchissement" continue», a conclu Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

Il mettait, lui, plutôt l'accent sur le contexte politique même si, encore une fois, Wall Street apparaissait incertaine entre, d'un côté, les troubles politiques liés au limogeage par le président Donald Trump du directeur du FBI James Comey et, de l'autre, l'annonce d'un accord commercial avec la Chine.

Parmi les valeurs, le conglomérat industriel General Electric (GE) a perdu 2,1%  après une recommandation négative de Deutsche Bank.

Le secteur de la distribution restait éprouvé au lendemain de résultats décevants des grands magasins Macy's qui avaient réagi par une chute de presque 20% et ont encore cédé 3%.

Parmi les résultats du jour, la chaîne J.C. Penney a baissé de 14% après avoir creusé sa perte nette au dernier trimestre sous le coup, notamment, d'une baisse de son chiffre d'affaires.

Autre acteur du secteur, Nordstrom a abandonné 10,8% malgré une nette hausse de son bénéfice net trimestriel, les investisseurs semblant se concentrer sur un recul des ventes à périmètre comparable.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a perdu 12,67 points pour terminer la séance à 15 537,88 points.

De son côté, le dollar canadien a perdu 0,04 cent US pour terminer vendredi au cours moyen de 72,92 cents US.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 1 cent US à 47,84 $ US le baril, tandis que celui du lingot d'or a gagné 3,50 $ US à 1227,70 $ US l'once. Le prix du cuivre a avancé de 1,6 cent US à 2,52 $ US la livre.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer