Wall Street en mode assimilation

Wall Street a fini sans tendance jeudi, prenant le temps d'assimiler une... (Photo Seth Wenig, archives Associated Press)

Agrandir

Photo Seth Wenig, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a fini sans tendance jeudi, prenant le temps d'assimiler une actualité chargée d'événements politiques et monétaires à travers le monde : le Dow Jones a perdu 0,07% et le Nasdaq a gagné 0,01%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 15,55 points à 20 934,55 points et le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 0,71 point à 5900,76 points. 

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 3,88 points, soit 0,16%, à 2381,38 points. 

«Les mouvements sont limités, surtout si l'on se rend compte de tout ce qui s'est passé depuis hier», s'est étonné Art Hogan, de Wunderlich Securities. «C'est un marché qui est capable d'assimiler beaucoup d'actualité en peu de temps.» 

En premier lieu, le milieu de semaine a été marqué par le premier resserrement monétaire de la Fed cette année, annoncé mercredi mais éclipsé par le ton prudent de la banque centrale américaine sur ses intentions pour les mois prochains.

«Le marché continue à assimiler ce qu'a dit la Fed et ce qu'elle pourrait faire maintenant, les investisseurs ayant très bien réagi au relèvement de ses taux directeurs et aux commentaires qui l'ont accompagné», a résumé David Levy, de Republic Wealth Advisors. 

À cela s'est ajouté jeudi le maintien du statu quo monétaire par les banques centrales britannique, japonaise et suisse, ce qui semble rassurer les investisseurs sur des perspectives toujours accommodantes, même si les taux chinois ont, eux, été relevés.

Toujours sur le plan international, «l'élection néerlandaise a calmé les inquiétudes», les eurosceptiques du Parti de la Liberté ayant échoué à arriver en tête, ont remarqué dans une note les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Chômage et pétrole 

Du point de vue américain, les indicateurs du jour étaient plutôt engageants avec une baisse hebdomadaire des inscriptions au chômage et un rebond des mises en chantiers en février ; certes, l'activité industrielle de la région de Philadelphie a baissé ce mois-ci, mais elle avait fortement progressé le mois précédent. 

De façon moins positive, le marché du pétrole, qui a beaucoup baissé depuis le début mars, n'est pas parvenu à se relancer dans le vert jeudi dans un contexte d'interrogations persistantes sur les perspectives de réduction de l'offre. 

Enfin, la Bourse n'a guère marqué de réaction à la présentation du premier budget de la présidence de Donald Trump, marqué par des baisses des dépenses de diplomatie mais de hausses pour la défense, ce projet étant encore bien loin d'être entériné par le Congrès.

Canada Goose

De son côté, la Bourse de Toronto a clôturé en hausse jeudi, soutenue par les secteurs de la finance et des biens de consommation de base, tandis que l'action du fabricant de manteaux d'hiver Canada Goose connaissait un bon départ sur le marché.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé de 41,50 points à 15 562,41 points.

Le titre de Canada Goose (TSX:GOOS), qui vivait sa première journée de négociations à la Bourse, a avancé de 27 % par rapport à son prix de lancement de 17 $. Il a clôturé à 21,53 $. 

-  Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer