Québec Bourse: le Québec boursier se mobilise

Pierre Boucher (à gauche) et Louis Doyle se... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Pierre Boucher (à gauche) et Louis Doyle se préparent pour le lancement officiel, mercredi prochain, le 30 mars.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une nouvelle association regroupe les sociétés québécoises inscrites en Bourse, a appris La Presse. La mission de Québec Bourse : donner à ses membres plus de visibilité et favoriser les échanges.

SOUTENIR LES ENTREPRISES PUBLIQUES

Pierre Boucher et Louis Doyle, les deux promoteurs de la nouvelle association Québec Bourse, ne se sont pas arrêtés aux causes de cette sous-représentation. « Notre objectif est de soutenir les entreprises publiques et celles qui veulent le devenir », explique Pierre Boucher, vice-président des relations avec les investisseurs à MaisonBrison Communications et président du conseil d'administration du nouveau regroupement.

M. Boucher est épaulé à la direction générale par un vétéran du marché des actions de Montréal : Louis Doyle, qui compte plus de 30 ans d'expérience dans l'industrie, dont 15 ans à titre de vice-président, Montréal, à la Bourse de croissance TSX.

Un voix québécoise 

« Personne ne parle au nom des entreprises québécoises inscrites en Bourse, constate M. Doyle. Nous sommes leur voix. »

Québec Bourse s'adresse d'abord aux PME publiques, mais l'organisation souhaite aussi la participation des grandes sociétés. « Elles partageront leurs expertises sous forme de support et de parrainage », explique le directeur général. 

L'association accueille aussi les entreprises privées qui veulent se familiariser avec le marché boursier. 

Le regroupement représente ses membres auprès des Bourses, des gouvernements et des organismes réglementaires. 

Sa mission : promouvoir leurs intérêts et valoriser les marchés boursiers. « On veut redonner ses lettres de noblesse au véhicule boursier, dit M. Doyle. C'est pourtant un outil de développement important pour faire grandir nos entreprises. »

Redorer le blason de la Bourse 

Pierre Boucher rappelle que « l'âge d'or » des années 80-90 a permis l'éclosion de grands acteurs mondiaux, comme Alimentation Couche-Tard et Groupe CGI. « Aujourd'hui, moins d'entrepreneurs québécois choisissent d'aller en Bourse, dit-il. Cette solution est moins populaire. Elle n'a plus la reconnaissance qu'elle devrait. »

Depuis cinq ans, les inscriptions à la Bourse de Toronto ont été peu nombreuses. Parmi elles, on retrouve le fabricant de produits récréatifs BRP, le spécialiste de l'éclairage Lumenpulse, le fournisseur de services de conciergerie Groupe Distinction et le distributeur de produits et services musicaux Stingray.

Un lancement couru

Les présidents François-Xavier Souvay, de Lumenpulse, et Éric Boyko, de Stingray, seront justement les conférenciers lors du cocktail de lancement de Québec Bourse. 

Le 5 à 7 se tiendra le 30 mars prochain dans l'édifice de la Caisse de dépôt et placement, à Montréal. On y attend plus de 150 personnes, incluant des dirigeants d'entreprise, des représentants d'institutions financières et des professionnels de l'industrie (avocats, comptables). 

Les membres du conseil d'administration de Québec Bourse seront présents à l'événement. Parmi eux, Luc Tanguay, président de Theratechnologies, et Pierre Fitzgibbon, associé à Partenaires Walter Capital.

« Tout le monde en profitera »

« L'association est une initiative rassembleuse », souligne Louis Doyle. Pierre Boucher est d'accord. Québec Bourse souhaite travailler de concert avec d'autres associations sectorielles. « En développant l'association, tout le monde en profitera, dit-il. Les entreprises grandiront, il y aura plus de sièges sociaux et les firmes de services vont en bénéficier. »

Membres du conseil d'administration de Québec Bourse

Président du conseil : Pierre Boucher, VP relations avec les investisseurs, MaisonBrison 

Administrateurs 

Nicole Blanchard, présidente, Communications Sun International 

Marc Blanchet, VP et chef de la direction financière, H2O Innovation 

Benoit Cyr, VP et chef des finances, Fonds de placement immobilier BTB

Louis Doyle, directeur général, Québec Bourse 

Dominique Doucet, PDG, Ressources Sirios 

Pierre Fitzgibbon, associé, Partenaires Walter Capital 

Martin Garand, directeur Investissements, Caisse de dépôt 

Sophie Larochelle, VP finances, Complexe Capital Hélicoptère 

Ghislain Lemire, président, Urbanimmersive 

Patrick Montpetit, VP et chef de la direction financière, Immunotech 

Richard Provencher, avocat, Stein Monast 

Luc Tanguay, président, Theratechnologies 

Nicolas Vanasse, VP exécutif affaires juridiques, Lumenpulse

DES ENJEUX ET DES CHIFFRES

Québec Bourse a ancré ses fondations à partir d'un sondage mené par CROP. L'exercice a été financé par la Caisse de dépôt et placement du Québec et par les firmes de courtage de la Banque Nationale, de Desjardins, de l'Industrielle Alliance et de la Banque Laurentienne. La collecte des données s'est déroulée il y a six mois par téléphone ou par le web.

82 sociétés québécoises ont répondu au sondage

72 % sont inscrites à la Bourse de croissance TSX 

28 % à la Bourse de Toronto

PRINCIPAUX ENJEUX POUR LES RÉPONDANTS :  

Lourdeur administrative 89 % 

Liquidités sur les marchés 82 % 

Niveau d'engagement en temps 78 % 

Trouver du financement au Québec 76 % 

Manque de visibilité 63 %

INTÉRÊTS DES RÉPONDANTS POUR :  

Représentation 76 % 

Réseautage 74 % 

Formation 71 % 

Mentorat 71 %

Source : CROP, rapport, octobre 2015

CINQ FAÇONS DE RÉPONDRE AUX BESOINS DES ENTREPRISES

Les enjeux mis de l'avant par les entreprises dans le sondage CROP mené par Québec Bourse il y a six mois permettent d'établir les cinq objectifs du regroupement.

Être porte-parole 

Devenir l'interlocuteur privilégié pour représenter les sociétés québécoises inscrites en Bourse auprès des autorités réglementaires et gouvernementales. 

« Les résultats du sondage sont clairs, dit Louis Doyle, directeur général de Québec Bourse. Il y a un enjeu lié à la réglementation, aux règles et aux conformités. » L'association souhaite faire de la veille, participer aux consultations et informer ses membres.

Augmenter la visibilité des membres 

Le faire auprès des participants du marché (investisseurs institutionnels, courtiers en valeurs mobilières, investisseurs au détail) et des médias. 

« Une petite entreprise seule aura de la difficulté à attirer l'attention, dit Pierre Boucher, président du conseil. En se regroupant en association, la force de frappe sera plus grande. »

Favoriser la collaboration 

Développer le réseautage entre les membres. 

« Les dirigeants des plus petites entreprises ne se connaissent pas toujours, souligne M. Doyle. Ils ont besoin de se rencontrer et de partager avec des gens dans la même situation. » 

Par ailleurs, ajoute M. Boucher, les plus grandes entreprises pourront faire du mentorat. « Les parrainages permettront d'avoir accès à des ressources expérimentées. »

Offrir des activités d'information

Faire de la formation et échanger de meilleures pratiques. Aider les membres dans leurs rôles et activités de dirigeants de sociétés inscrites en Bourse. 

Quelque 71 % des entreprises ayant répondu au sondage souhaitent participer à des activités de formation. De plus, 66 % des sociétés veulent être guidées vers des sources d'information pertinentes.

Éduquer les investisseurs au détail 

Les informer relativement au marché boursier de PME publiques. 

« Nous allons donner de l'information sans traverser la ligne du conseil », prend soin de préciser Pierre Boucher. Par exemple, le site web de Québec Bourse présentera des vidéos et des capsules d'information sur les membres. Des communiqués de presse et des nouvelles seront aussi publiés.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer