Wall Street rassurée par l'emploi américain

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
En tout début d'échanges, le marché boursier new-yorkais... (PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS

En tout début d'échanges, le marché boursier new-yorkais a accueilli d'un bon oeil l'annonce d'une création plus importante que prévu d'emplois en juin aux États-Unis.

Agence France-Presse
New York

Contrairement à Bay Street, Wall Street s'est nettement appréciée vendredi, après un rapport mensuel meilleur que prévu sur l'emploi américain.

----------------

Les marchés à la clôture :

TSX: -31,75 points (-0,26%) à 12 134,91 

Dow Jones: +147,29 points (+0,98%) à 15 135,84

S&P 500: +16,48 points (+1,02%) à 1631,89

NASDAQ: +35,71 points (+1,04%) à 3479,38

------------------

Après quelques hésitations et un bref passage en territoire négatif dans la matinée, les indices boursiers new-yorkais ont repris de la vigueur en cours de séance, à mesure que progressait l'optimisme des investisseurs face aux signes clairs d'embellie sur le marché de l'emploi américain.

Les États-Unis ont créé plus d'emplois en juin que prévu par les analystes, avec 195 000 embauches contre 166 000 attendues. Le taux de chômage est, lui, resté inchangé à 7,6% de la population active.

À cela s'ajoute de substantielles révisions pour les mois d'avril (199 000 au lieu de 149 000 créations d'emplois) et mai (195 000 au lieu de 175 000) et une hausse du salaire moyen sur le mois de quelque 0,4%.

«Il semble que les États-Unis soient partis pour faire sortir le reste du monde de la crise économique», s'est enthousiasmé Greg Peterson, stratège de Ballentine Partners.

Cette ardeur est cependant «à prendre avec des pincettes», a prévenu David Levy, gestionnaire de portefeuilles pour Kenjol Capital Management, évoquant la faiblesse des volumes d'échanges vendredi alors que de nombreux investisseurs étaient partis en week-end prolongé après la fête nationale américaine jeudi.

D'autre part, certains opérateurs continuaient à s'interroger sur l'éventualité d'une prochaine réduction des mesures de soutien exceptionnelles de la Réserve fédérale américaine (Fed), très appréciées des marchés financiers.

La banque centrale avait averti ces dernières semaines qu'elle réduirait progressivement le rythme de ses injections de liquidités si l'économie américaine montrait des signes clairs d'amélioration, en particulier dans le secteur de l'emploi.

Wall Street a aussi reçu du soutien en Europe après «des déclarations apaisantes de la BCE et de la Banque d'Angleterre» sur leurs politiques monétaires respectives, ont noté les experts de Charles Schwab.

Le marché obligataire a nettement reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a grimpé à 2,715% contre 2,501% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,677% contre 3,497%.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer