IBM fait mieux que prévu

Sur le même thème

Agence France-Presse
New York

Le groupe informatique américain IBM a annoncé mardi un bénéfice en légère hausse, mais «record» et dépassant un peu les attentes des analystes pour l'année 2012, et a donné des prévisions pour 2013 promettant une poursuite de cette tendance, ce qui dopait l'action.

Le titre du groupe bondissait de 4,27 % à 204,45 dollars lors des échanges électroniques vers 19 h.

Le bénéfice net 2012 est ressorti en hausse de 4,7 % à 16,6 milliards de dollars. Par action, cela représente 15,25 dollars hors éléments exceptionnels, un peu mieux que la prévision moyenne des analystes (15,13 dollars).

Le chiffre d'affaires a reculé de 2 % à 104,5 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année, alors que les analystes prévoyaient 104,3 milliards.

Au quatrième trimestre le bénéfice net a progressé de 6,3 % à 5,8 milliards de dollars, soit 5,39 dollars par titre alors que les analystes tablaient sur 5,25 dollars.

Les ventes se sont effritées de 1 % à 29,3 milliards de dollars, également un peu au-dessus des prévisions, celles de logiciels ayant gagné 4 %, mais celles de matériels et serveurs ayant reculé de 1 % tout comme la division de financements (-2 %).

Le groupe a donné des prévisions pour 2013 également tout juste au dessus des anticipations actuelles du marché, soit un bénéfice par action sur l'ensemble de l'exercice «d'au moins 16,70 dollars» alors que les analystes misaient jusqu'alors sur 16,63 dollars.

«Nous avons atteint une rentabilité, des bénéfices et des flux de trésorerie record en 2012. Notre performance au quatrième trimestre et l'année a été tirée par des initiatives stratégiques» dont l'accent sur les marchés de croissance et l'informatique dématérialisée (cloud computing), «qui vont dans le sens de notre transition progressive vers des activités à plus forte valeur ajoutée», a commenté Ginni Rometty, PDG d'IBM.

«A l'avenir, nous continuerons à investir pour fournir des innovations aux entreprises dans des secteurs clé comme le traitement de grands volumes de données, des solutions pour appareils mobiles, des activités de réseaux sociaux et d'autres liées à la sécurité (informatique), tout en développant nos activités dans de nouveaux marchés», a-t-il ajouté.

«Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif d'un bénéfice par action annuel d'au moins 20 dollars en 2015», a conclu le PDG.

«Dans l'ensemble nous avons un bon nombre d'opportunités pour continuer à tirer à la hausse les bénéfices et les marges en 2013», a-t-il insisté lors d'une conférence d'analystes.

Ces propos optimistes ont mis du baume au coeur des investisseurs.

La maison de courtage Topeka Capital Markets saluait dans une note une marge opérationnelle «au plus haut depuis dix ans».

En termes de régions, les ventes ont été inchangées pour les Amériques, en baisse en Eurpe-Moyen-Orient Afrique, en hausse en Asie-Pacifique.

Le chiffre d'affaires dans les pays BRIC (Russie, Inde, Chine, Brésil) a augmenté de 7 % sur un an.

Le groupe a terminé l'année avec 33,3 milliards de dollars de dettes (8,8 milliards hors activités de financement), contre 31,3 milliards un an plus tôt, pour des liquidités de 11,1 milliards de dollars.

 

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer