Le pactole de Loblaw

Sur le même thème

La mise en marché du parc immobilier de Loblaw (T.L) lui vaut... (Photo Rocket Lavoie, Le Quotidien)

Agrandir

Photo Rocket Lavoie, Le Quotidien

(Montréal) La mise en marché du parc immobilier de Loblaw (T.L) lui vaut 1,3 milliard en bonification boursière immédiate.

Le titre a en effet bondi de 14% à 38,20$ pièce, jeudi, portant sa capitalisation boursière à 10,7 milliards. Il a même atteint 42,05$ sur le coup de la nouvelle, un gain momentané de 25% représentant plus de 2 milliards.

«Nous croyons que cette transaction créera une valeur considérable, puisque les multiples boursiers courants attribués à Loblaw sont à un niveau historiquement bas en raison de la faible performance opérationnelle du groupe, tandis que les fiducies de placement immobilier sont actuellement évaluées à des niveaux historiquement élevés», a commenté l'analyste Peter Sklar de BMO Nesbitt Burns.

Les actions du géant ontarien de l'alimentation étaient en retrait en Bourse depuis leur sommet historique de 75,40$ établi en mai 2005. Le titre faisait par ailleurs l'objet d'importantes ventes à découvert avec l'équivalent de 18,4 jours de transactions à couvrir, au dernier relevé de Bloomberg, ce qui aura contribué à son départ canon.

Les Compagnies Loblaw ont annoncé hier matin la création d'une fiducie de placement qui détiendra les trois quarts de ses biens immobiliers, dont 93 centres commerciaux. Les parts seront vendues dans le cadre d'un premier appel public à l'épargne vers le milieu de 2013.

Loblaw prévoit virer à cette fiducie pour 7 milliards de biens immobiliers, ce qui en fera un des plus importants fonds de placement immobilier au Canada. Elle compte conserver une participation majoritaire de plus de 80%.

Réduire la dette

«Nous nous attendons à ce que cette fiducie immobilière crée de la valeur non seulement pour nos actionnaires, mais qu'elle augmente aussi notre capacité à réduire notre dette, à racheter des actions et à disposer d'une source de capital à long terme qui nous permettra d'investir dans notre croissance», a déclaré le président du conseil de Loblaw et principal actionnaire, Galen G. Weston. Son groupe, le géant George Weston Ltd, a lui-même bondi de 6,8% en Bourse pour clôturer à 67,71$.

Puisqu'il s'agira d'une entité indépendante, Loblaw s'attend à ce que la fiducie bénéficie d'un coût du capital plus faible, ce qui lui permettrait de soutenir son développement et son expansion. Sa croissance proviendra également d'autres actifs, notamment immobiliers, que Loblaw y ajoutera avec le temps.

Les fiducies de revenu immobilier sont en vogue en Bourse avec des rendements en dividendes allant de 3,5% jusqu'à 9,5% et des versements habituellement mensuels.

La plus importante fiducie du genre au Canada avec une capitalisation boursière de près de 3 milliards, Can Real Estate Investment Trust de Toronto, produit un rendement de 3,6% pour ses détenteurs de parts, en plus de s'être apprécié de 18% en Bourse depuis le début de l'année, grâce à son portefeuille diversifié de propriétés comprenant notamment des magasins de détail et des sites industriels.

Preuve de l'engouement pour ces fiducies, le fonds Primaris Retail, propriétaire notamment de La Place Vertu, à Montréal, et de la Place Fleur de Lys, à Québec, fait l'objet d'une offre publique d'achat (OPA) de 4,4 milliards d'un consortium canadien dirigé par KingSett Capital.

Les analystes s'attendent même à ce que le prétendant doive en rajouter pour emporter la mise, alors que les grandes sociétés immobilières mondiales se livrent bataille afin d'acquérir les centres commerciaux canadiens qui accueilleront les détaillants américains en expansion comme Target, Nordstrom, Forever 21 ou Michaels.

>>> Réagissez sur le blogue des marchés

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer