Research in Motion recueille des appuis

Les actions de Research In Motion (T.RIM) ont poursuivi leur... (PHOTO DAVE CHIDLEY, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO DAVE CHIDLEY, LA PRESSE CANADIENNE

(Montréal) Les actions de Research In Motion (T.RIM) ont poursuivi leur ascension jeudi, appuyées par un autre rapport encourageant sur la prochaine génération de son téléphone BlackBerry, cependant que le sentiment général demeure pessimiste à son endroit.

Le titre en vue a bondi de près de 12% à l'ouverture de la Bourse de Toronto, jeudi matin.

La frénésie s'est toutefois partiellement atténuée en après-midi et les actions terminent la séance en hausse de 48 cents, ou 4,4%, à 11,48$.

Près de 8 millions d'actions ont changé de main ce qui en fait le titre le plus actif de la journée sur le parquet torontois. RIM a presque doublé de valeur depuis son bas de 6,25$, au plus fort de la crise de confiance, il y a deux mois.

La firme new-yorkaise Goldman Sachs a porté RIM sur sa liste d'achat, après l'avoir ignoré pendant trois ans. La cible de prix a aussi été relevée de 9$ à 16$US sur un horizon de 12 mois. Mieux, Goldman Sachs prévoit un retour à la rentabilité pour le fabricant de téléphones dès le prochain exercice financier, après trois années de perte.

Goldman Sachs accorde 30% de chances de succès au nouveau système d'exploitation BlackBerry 10 attendu le 30 janvier prochain. Son optimisme relatif repose sur les premières critiques du BB 10 et le soutien obtenu par l'entreprise de Waterloo auprès des exploitants de téléphonie mobile.

«Avec ces appareils, RIM semble finalement se placer à la pointe de la technologie, ce qui manquait aux générations antérieures (de ses téléphones)», écrit l'analyste Simona Jankowski. Elle s'attend à ce que les tarifs augmentent avec le lancement du BB 10 au début de l'année prochaine et que les ventes profiteront de l'assèchement de l'inventaire des anciens appareils.

RIM a aussi obtenu ces derniers jours la faveur de quatre renommés analystes du secteur des communications au Canada. Thomas Astle, de Byron Capital, et Gus Papageorgiou, de Scotia Marché des capitaux, ont réitéré leur prévision de prix cible de 14$ et 16,80$, respectivement, en début de semaine, après que Todd Coupland, de CIBC Marchés mondiaux, eut majoré sa cote d'appréciation à «surperformance de secteur» avec un cours potentiel de 16,86$, dimanche. Kris Thomson, de la Financière Banque Nationale, soutenait déjà un prix cible de 14,95$, mercredi dernier.

Le prix moyen de 9,36$ envisagé par les 49 analystes qui suivent le titre est cependant nettement inférieur au cours actuel de RIM, le pessimisme primant toujours dans l'industrie. Sept analystes, dont les cinq cités dans cet article, sont acheteurs tandis que quinze, deux fois plus, recommandent toujours la vente du titre. Vingt-sept conseillent de le conserver.

Ehud Gelblum, de Morgan Stanley, par exemple, dans une mise à jour publiée lundi, a maintenu sa recommandation de vente sur RIM. Il estime que l'entreprise ontarienne ne vaut pas plus que 7$ étant donné les faibles chances de succès du nouvel appareil cellulaire de BlackBerry. «À court terme, le battage médiatique et les attentes pour le BB 10 créeront beaucoup de volatilité», prévient-il.

Avec son nouveau système, Research in Motion espère reprendre des parts de marché aux iPhone d'Apple et aux appareils multifonctions alimentés par la plateforme Androïd de Google. L'entreprise promet «un large catalogue d'applications de toute la planète et dans tous les domaines», dont des jeux, des aides à la productivité, du multimédia et de l'édition de contenu

>>> Réagissez sur le blogue des marchés animé par Paul Durivage

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer