L'incertitude face au «précipice fiscal» fait reculer le TSX

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse mardi, touchée par l'incertitude... (Photo Associated Press)

Agrandir

Photo Associated Press

Malcolm Morrison
La Presse Canadienne
Toronto

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse mardi, touchée par l'incertitude entourant les négociations visant à empêcher l'économie américaine de plonger dans le «précipice fiscal» qui la menace à la fin du mois prochain.

L'indice composé S&P/TSX a retraité de 73,42 points pour terminer avec 12 111,63 points, tandis que la Bourse de croissance TSXV a cédé 19,58 points à 1206,17 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,09 cent US à 100,53 cents US.

Les principaux indices américains ont aussi manqué d'éclat, malgré la publication d'une série de données économiques positives et l'annonce d'une entente entre les responsables de la zone euro au sujet de la prochaine tranche d'aide qui sera versée à la Grèce.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a rendu 89,24 points à 12 878,13 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a perdu 8,99 points à 2967,79 points et que l'indice élargi S&P 500 a chuté de 7,35 points à 1398,94 points.

Les inquiétudes entourant le précipice fiscal ont repris de plus belle mardi, après que le leader de la majorité du Sénat, Harry Reid, eut indiqué que peu de progrès avaient été réalisés dans les négociations au sujet d'un accord budgétaire qui permettrait d'éviter l'entrée en vigueur automatique de hausses d'impôts et de réductions dépenses à la fin de l'année.

Des économistes affirment que de telles mesures représenteraient un choc suffisant pour faire retomber l'économie américaine en récession.

«Dans l'ensemble, les gens ont simplement une aversion au risque - d'ici à ce que nous ayons un genre d'entente, cela va probablement rester comme ça», a noté Ian Nakamoto, directeur de la recherche chez MacDougall, MacDougall and MacTier.

«Plus nous attendons longtemps, plus cela entraîne d'incertitude. Les entreprises se referment, elles ne font pas d'expansion, elles n'embauchent pas.»

Le département américain du Commerce a indiqué mardi que les commandes pour les biens d'équipement de base, considérées comme un indicateur des investissements des entreprises, avaient augmenté de 1,7 pour cent en octobre, soit leur plus importante croissance en cinq mois. Les commandes de cette catégorie reculaient depuis le printemps et agissaient comme un frein sur la croissance économique d'ensemble.

Le total des commandes de biens durables est resté inchangé en octobre, tandis que les économistes attendaient plutôt une chute de 0,4 pour cent.

En outre, l'indice Standard & Poor's/Case-Shiller a témoigné d'une hausse des prix des maisons en septembre dans la plupart des grandes villes américaines.

Et finalement, l'indice de la confiance des consommateurs américains a atteint en novembre son plus haut niveau en près de cinq ans, stimulé par les meilleures perspectives d'embauche. L'indice de confiance du Conference Board a grimpé à 73,7 points ce mois-ci par rapport à 73,1 points en octobre.

À Toronto, le secteur aurifère a reculé d'environ 2,4 pour cent, le cours du lingot d'or ayant perdu 7,30 $ US à 1742,30 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York. Le titre de Goldcorp (TSX:G) a effacé 1,83 $ à 38,95 $, tandis que celui d'Agnico Eagle (TSX:AEM) a chuté de 1,87 $ à 55,02 $.

Le secteur de l'énergie s'est contracté de 1,05, le cours du pétrole brut ayant effacé 56 cents US à 87,18 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. L'action de Talisman Energy (TSX:TLM) a glissé de 17 cents à 11,48 $ et celle de Canadian Natural Ressources (TSX:CNQ) a cédé 46 cents à 27,92 $.

Le groupe des actions de sociétés minières a retraité de 0,76 pour cent. Le prix du cuivre est resté inchangé à 3,54 $ US la livre à New York.

Les faiblesses du parquet torontois ont été contrebalancées, en partie, par un gain de huit pour cent du titre de Bombardier (TSX:BBD.B), qui a clôturé à 3,37 $. L'avionneur a annoncé mardi avoir obtenu la plus importante commande d'avions d'affaires de son histoire, avec la vente de 56 avions Global à la société européenne d'aviation privée VistaJet. La commande, évaluée à 3,1 milliards $ US selon les prix officiels, pourrait atteindre 7,8 milliards $ US si les 86 options prévus au contrat étaient exercées.

L'action de Research In Motion (TSX:RIM) a pour sa part retraité de 10 pour cent à 10,70 $, sur un lourd volume de 104 millions d'actions, après avoir avancé de plus de 25 pour cent au cours des six séances précédentes.

Le fabricant des téléphones intelligents BlackBerry a souffert des plus récentes données dévoilées par Kantar Worldpanel ComTech, lesquelles démontrent que les BlackBerry ont vu leur part de marché reculer à 1,6 pour cent aux États-Unis pendant le trimestre clos le 28 octobre, comparativement à 8,5 pour cent pour la même période l'an dernier.

De l'autre côté de l'Atlantique, les partenaires européens de la Grèce et le Fonds monétaire international (FMI) se sont finalement entendus mardi pour libérer des paiements totalisant 44 milliards d'euros à la Grèce, en plus d'introduire une série de mesures visant à réduire l'importante dette du pays à des niveaux plus gérables d'ici une décennie.

Sans l'argent du sauvetage financier, la Grèce se serait vraisemblablement retrouvée en situation de faillite et aurait probablement dû être exclue de la zone euro, ce qui pourrait avoir des répercussions potentiellement difficiles pour l'économie mondiale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer