Entrée en Bourse de Facebook: UBS veut être compensée

Agence France-Presse
Zurich, Suisse

La banque suisse UBS a confirmé mardi avoir perdu 290,5 millions d'euros à cause de problèmes liés à l'introduction en Bourse de Facebook (FB) le 18 mai, et a exigé des compensations financières pour ses pertes.

«Du fait de graves dysfonctionnements lors de l'introduction initiale en Bourse de Facebook par le Nasdaq, nous avons enregistré une perte de 349 millions de francs suisses», a précisé le groupe qui veut réclamer la compensation intégrale de ses pertes.

L'établissement zurichois a expliqué dans un communiqué avoir reçu de nombreux ordres de ses clients pour cette introduction en Bourse très attendue, mais qu'en raison de pannes de la Bourse américaine des ordres ont été passés plusieurs fois.

Le résultat de ces problèmes a été que le Nasdaq a passé tous les ordres et a attribué à UBS beaucoup trop d'actions.

«La perte d'UBS est la conséquence des multiples défaillances du Nasdaq à assumer ses obligations», notamment de ne pas avoir suspendu le négoce du titre nouvellement introduit sur le marché, a insisté la banque suisse.

Cette dernière va entreprendre les actions juridiques appropriées contre le Nasdaq pour réagir contre son grave dysfonctionnement et entend réclamer la compensation intégrale de ses pertes.

La chaîne financière CNBC avait révélé début juin qu'UBS avait perdu 350 millions de dollars dans cette opération, soit presque dix fois plus que ce que le Nasdaq a mis de côté pour dédommager les investisseurs.

La plate-forme boursière, où est cotée l'action de Facebook, avait annoncé qu'elle créait un fonds d'indemnisation de 32,6 millions d'euros pour indemniser les investisseurs qui auraient perdu de l'argent à la suite des problèmes techniques rencontrés pendant le lancement de l'action Facebook.

Le Nasdaq s'était retrouvé face à des volumes d'ordres boursiers très élevés qu'il s'est retrouvé incapable de traiter, ce qui a entraîné d'importants retards dans leur traitement, et par des pertes parfois lourdes pour certains investisseurs.

Le bénéfice net d'UBS a plongé au deuxième trimestre, bien en dessous des attentes des analystes, notamment en raison de la perte liée à l'introduction en Bourse de Facebook, a annoncé la première banque suisse.

Le profit net d'UBS a reculé de 58,1% à 353,8 millions d'euros.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer