De mal en pis pour RIM

La Presse

(Montréal) S'il y a des gens qui ont besoin d'un long weekend de trois jours, il faut penser aux employés de Research in Motion.

C'est ce que souligne l'analyste Richard Tse, de Cormark Securities, vendredi dans une note de recherche envoyée à ses clients.

«Ça va de mal en pis. Avec des ennuis choniques d'exécution, la transition va continuer d'être un défi pour l'entreprise», dit-il.

«Ça va tellement mal que je suis presque bouche bée. Outre le potentiel offert par le scénario de démantèlement de l'entreprise, il n'y a pas une seule autre raison de détenir ce titre.»

>>> Le blogue de Sophie Cousineau

>>> Le blogue des marchés de Paul Durivage

À la Financière Banque Nationale, Kris Thompson laisse tomber sa recommandation de vente et suggère dorénavant de conserver le titre parce que la valeur comptable de RIM soutient sa cible de 8$.

Il ajoute que c'est peut-être le temps pour les vendeurs à découvert de commencer à couvrir leurs positions.

Un nouveau plancher est par ailleurs défoncé vendredi en Bourse en réaction aux nouvelles publiées jeudi soir.

La capitalisation boursière continue de fondre.

L'action de Research in Motion (T.RIM) a cédé près de 20% de sa valeur à l'ouverture des Bourses vendredi matin pour se négocier à 7$.

La compagnie a annoncé jeudi soir qu'elle venait d'enregistrer une lourde perte trimestrielle, la suppression de 5000 emplois et le report du lancement de BB10.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • RIM au bord du gouffre

    Bourse

    RIM au bord du gouffre

    Le fleuron technologique canadien supprime 5000 emplois dans le monde et reporte le lancement de la prochaine génération de son téléphone intelligent. »

  • Research In Motion un an plus tard

    Technologie

    Research In Motion un an plus tard

    Bien des choses ont changé et, en même temps, pas tant que cela chez Research In Motion (T.RIM), dans les 12 derniers mois. À... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer