Le Dow et le TSX clôturent en nette baisse

La Bourse de New York a lourdement chuté jeudi, déprimée par des statistiques... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Agence France-Presse
Paris

La Bourse de New York a lourdement chuté jeudi, déprimée par des statistiques américaines décevantes et toujours plus inquiète pour l'économie mondiale, alors que le marché s'attendait à une action de Moody's contre des banques: le Dow Jones a cédé 1,96% et le Nasdaq 2,44%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a perdu 250,82 points à 12 573,57 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 71,36 points à 2859,09 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 2,33% (-30,18 points) à 1325,51 points.

«Les données économiques décevantes et le refus de la Fed d'entreprendre quoi que ce soit de cohérent (pour soutenir les marchés) poussent les investisseurs à essayer d'engranger les bénéfices réalisés au cours du mois de juin», a résumé Sam Stovall, stratège chez Standard and Poor's.

La banque centrale américaine (Fed) a décidé mercredi de prolonger son «opération Twist» de soutien à l'économie, un programme d'échanges d'obligations du Trésor américain destiné à faire baisser encore un peu plus les taux d'intérêt à long terme. Mais elle n'a pas annoncé les mesures d'assouplissement monétaire souhaitées par Wall Street.

«La déception de mercredi se poursuit», a souligné M. Stovall.

Les investisseurs sont envahis par une «forte inquiétude en voyant ralentir l'économie mondiale et l'économie américaine, tout en entendant la Fed dire qu'elle ne peut rien faire pour le moment», a commenté Mace Blicksilver, du cabinet de gestion d'actifs Marblehead Asset Management.

En outre, les rumeurs d'un abaissement imminent, par l'agence Moody's, de la note de crédit de certaines des plus grandes banques de la planète «n'a pas vraiment aidé le moral des investisseurs», a-t-il noté.

Ceci, alors que la banque Goldman Sachs a influencé à la baisse les marchés en diffusant dans la journée une note conseillant à ses clients «de baisser de 5% leurs positions sur le S&P 500», a ajouté M. Blicksilver.

Ces signes inquiétants sont intervenus alors que de nouvelles statistiques en demi-teinte ont été publiées aux États-Unis.

Les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé autour de la mi-juin mais sans effacer toute leur progression de la semaine précédente.

Et l'activité manufacturière de la région de Philadelphie baisse pour le deuxième mois d'affilée, et cette contraction s'intensifie, selon la Fed.

Le marché obligataire a fini en légère. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,618% contre 1,642% mercredi, et celui à 30 ans à 2,688% contre 2,724%.

À Toronto

La Bourse de Toronto a plongé jeudi de 3%, réalisant sa plus importante dégringolade en une seule séance depuis novembre.

L'indice composé S&P/TSX a effacé 351,03 points pour clôturer à 11 408,32 points et chacun de ses secteurs a terminé la journée dans le rouge.

L'indice phare du parquet torontois a été plombé par les actions liées aux ressources naturelles. Les cours de ces dernières ont chuté après que des rapports distincts eurent fait état d'un ralentissement de la fabrication dans trois des plus grandes économies du monde.

Le dollar canadien, fortement lié aux matières premières, s'est pour sa part déprécié de 0,97 cent US à 97,15 cents US.

- avec La Presse Canadienne

 

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer