Le TSX reste neutre

Le TSX n'a pas connu de variation majeure,... (Photo: Mark Blinch, Archives Reuters)

Agrandir

Photo: Mark Blinch, Archives Reuters

Le TSX n'a pas connu de variation majeure, jeudi.

Malcolm Morrison
La Presse Canadienne

La Bourse de Toronto a clôturé la séance de jeudi essentiellement inchangée, les titres des secteurs de l'énergie et de l'or ayant progressé pendant que les inquiétudes quant à l'avenir de la Grèce au sein de la zone euro faisaient reculer ceux du secteur de la finance.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 4,6 points pour clôturer à 11 330,68 points, alors que plusieurs opérateurs s'interrogeaient sur les conséquences qu'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro pourrait avoir sur le système bancaire de l'union monétaire.

La Bourse de croissance TSXV a avancé de 10,33 points à 1228,07 points.

Le dollar canadien s'est déprécié de 0,62 cent US à 98,13 cents US. Le huard a perdu près de trois cents US depuis du mois, les opérateurs ayant préféré éviter les actifs les plus risqués comme les devises liées de près aux matières premières - ce qui est le cas du dollar canadien.

Les marchés américains ont retraité après qu'un indicateur clé pour le nord-est des États-Unis - soit l'enquête mensuelle de la réserve fédérale de Philadelphie - eut affiché un recul bien plus important que prévu pour le mois d'avril.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 156,06 points à 12 442,49 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a chuté de 60,35 points à 2813,69 points et que l'indice élargi S&P 500 a échappé 19,94 points à 1304,86 points.

Prise dans un intense tumulte politique, la Grèce survit grâce aux sauvetages financiers internationaux qu'elle a obtenus de ses confrères dans la zone euro. Mais un nombre croissant d'observateurs s'inquiète de voir les partis politiques grecs qui demandent la fin des mesures d'austérité qui ont rendu ces sauvetages possibles remporter la balance du pouvoir lors des nouvelles élections qui auront lieu le mois prochain.

Une telle situation pourrait forcer le départ de la Grèce de la zone euro, ce qui aurait des conséquences imprévisibles pour le système financier de la région et l'économie mondiale.

À Toronto, le secteur de la finance a rendu jeudi 1,6 pour cent, inquiété par la santé des banques européennes et la déstabilisation qui pourrait toucher d'autres pays lourdement endettés, comme l'Espagne, l'Irlande, le Portugal et l'Italie.

L'action de la Banque Royale (TSX:RY) a perdu 1,07 $ à 51,96 $, tandis que celle de la Banque TD (TSX:TD) a échappé 1,28 $ à 77,65 $.

L'action de Bankia, la banque espagnole récemment nationalisée, a plongé de jusqu'à 27 pour cent après que des médias locaux eurent rapporté que ses clients avaient retiré plus d'un milliard d'euros de l'institution depuis que l'État en avait pris le contrôle la semaine dernière.

Bankia est la quatrième plus grande banque de l'Espagne et elle est fortement exposée à l'écroulement du marché immobilier du pays.

Entre-temps, les cours des matières premières ont terminé la séance sur une note mitigée, le prix du pétrole et des métaux restant à des creux de plusieurs mois.

Les inquiétudes quant à la demande expliquent en grande partie les déclins, mais les matières premières ont aussi été tirées vers le bas par la hausse du billet vert américain. Parce que les prix des ressources naturelles sont établis en dollars américains, toute hausse de la valeur de cette devise rend les ressources plus dispendieuses aux yeux des acheteurs qui font leurs transactions dans d'autres devises.

Le secteur torontois des métaux de base a perdu 1,15 pour cent, même si le prix du cuivre a avancé d'un cent US à 3,48 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York, après avoir clôturé la veille à son plus faible niveau depuis la mi-janvier. L'action de First Quantum Minerals (TSX:FM) a cédé 51 cents à 17,23 $, tandis que celle de Northern Dynasty Minerals (TSX:NDM) a bondi de 40 cents à 4,24 $.

Le secteur de l'énergie a avancé de 0,1 pour cent, même si le cours du pétrole brut a abandonné 25 cents US à 92,56 $ US le baril à New York. L'action de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) a grimpé de 43 cents à 29,76 $.

Finalement, le secteur aurifère a crû d'environ 5,75 pour cent, le cours du lingot d'or ayant gagné 38,30 $ US à 1574,90 $ US l'once à New York. Le titre de Barrick Gold (TSX:ABX) a grimpé de 2,45 $ à 38,16 $ et celui de Goldcorp (TSX:G) a avancé de 2,29 $ à 35,48 $.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Wall Street cherche un second souffle

    Bourse

    Wall Street cherche un second souffle

    La Bourse de New York a fini en nette baisse jeudi, incapable de retrouver un second souffle face au chaos grec et à des statistiques moins bonnes... »

  • La force du dollar américain pèse sur les marchés

    Bourse

    La force du dollar américain pèse sur les marchés

    Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Et face à un euro miné de partout, le billet vert fait plutôt bonne figure malgré la faiblesse de... »

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer