Une approche fondamentale, quantitative et technique

La technologie sera un secteur porteur en 2013... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

La technologie sera un secteur porteur en 2013 si la reprise économique se poursuit, surtout pour les entreprises qui touchent à la mobilité. Cisco est un des plus importants designers et manufacturiers de produits pour réseaux internet.

Jean Gagnon., collaboration spéciale
La Presse

Stéphane Rochon, directeur de la recherche et stratège chez BMO Nesbitt Burns, et son équipe s'intéressent d'abord à l'aspect fondamental pour sélectionner les titres qui sont recommandés à leurs clients.

«Le momentum économique est la chose la plus importante», dit M. Rochon. «Et ce qui compte, ce n'est pas simplement la statistique mesurant la croissance économique, mais plutôt la trajectoire que suit l'économie», ajoute-t-il. À cet égard, nous nous situons au début du cycle de croissance, selon lui, et cela avantage les sociétés du secteur industriel, de la technologie et de la consommation discrétionnaire.

On s'attardera ensuite à l'aspect quantitatif, principalement à l'évaluation de l'entreprise. «Nous comparons le ratio cours/bénéfices de la société par rapport à ses concurrents, ainsi que par rapport à son évaluation historique, dit-il. Mais encore là, c'est le momentum qui importera, soit la trajectoire que suit ce ratio.»

Enfin, l'analyse technique complètera le processus. Elle permettra de situer les niveaux de support et de résistance. «En plus de nous aider à identifier la tendance à long terme, l'analyse technique nous permettra d'éviter de subir des pertes lorsque l'on réalisera que le niveau de support a été brisé», dit Stéphane Rochon. Voici une sélection de quatre titres faite en fonction des thématiques qu'il privilégie présentement.

Nucor (NUE)

Cours: 43,64$

Haut et Bas (52 semaines): 45,75$ - 34,23$

Bénéfices par action: 1,59$

Dividende: 3,5%

Une reprise de la demande pour l'acier en provenance entre autres de la Chine devrait favoriser cette société américaine qui est l'une des rares à se maintenir au-dessus du seuil de la rentabilité lors du bas du cycle de l'acier, explique Stéphane Rochon. «Les stocks d'acier ne sont pas très élevés actuellement et les prix commencent déjà à monter», dit-il. Le ratio cours/bénéfices peut sembler élevé à plus de 16 fois, mais cela s'explique par le fait que l'on vient de connaître le bas du cycle de l'acier, croit le stratège. Que le ratio soit à ce niveau augure bien pour une augmentation des bénéfices. De plus, le dividende de 3,5% assure une certaine protection pour les investisseurs en cas de faiblesse des marchés.

Cisco Systems (CSCO)

Cours: 20,38$

Haut et bas (52 semaines): 21,30$ - 14,96$

Bénéfice par action: 1,55$

Dividende: 2,8%

La technologie sera un secteur porteur en 2013 si la reprise économique se poursuit, surtout pour les entreprises qui touchent à la mobilité. CSCO est un des plus importants designers et manufacturiers de produits pour réseaux internet. Mais surtout, ses données financières sont attrayantes, explique Stéphane Rochon. L'entreprise profite d'un solide bilan et ses activités permettent de dégager des flux de trésorerie libres de 10 milliards US par année. Elle montre également une bonne tendance des bénéfices depuis trois trimestres. «Le bilan est solide, et les dividendes pourraient augmenter au cours des prochains trimestres», dit-il.

CVS Caremark (CVS)

Cours: 49,20$

Haut et bas (52 semaines): 49,80$ - 36,44$

Bénéfice par action: 2,92$

Dividende: 1,8%

Elle est l'un des principaux détaillants de produits pharmaceutiques aux États-Unis. L'intégration de Caremark à CVS a subi plusieurs problèmes et il lui aura fallu plusieurs années avant que l'on atteigne les résultats escomptés. Mais la firme est maintenant en bonne position pour de la vente de ses médicaments par la poste, selon Stéphane Rochon. «L'entreprise est également bien placée pour profiter de l'arrivée de produits génériques», ajoute-t-il. Elle a retrouvé tout son élan, car, pour le troisième trimestre successif, les bénéfices ont surpassé les prévisions des analystes.

Financière Manuvie (T.MFC)

Cours: 13,43$

Haut et bas (52 semaines): 14,07$ - 10,18$

Bénéfice par action: 0,29$

Dividende: 4%

La plus importante compagnie d'assurances canadienne a connu sa part de difficulté depuis cinq ans. La crise financière a fait fondre sa valeur boursière de 75%, et elle peine toujours à s'en relever. Mais tôt ou tard, elle profitera d'une remontée des taux d'intérêt, explique Stéphane Rochon. Entre-temps, les données financières sont intéressantes. Le titre se négocie actuellement à peine à sa valeur comptable, et à moins de 10 fois les bénéfices prévus en 2013. «Grâce à son positionnement en Asie, nous prévoyons que MFC réalisera une croissance annuelle de ses bénéfices de 15% au cours des trois prochaines années», dit le stratège. De plus, le dividende de 4% aide à soutenir la valeur du titre.

Notre spécialiste Stéphane Rochon directeur de la recherche et stratège chez BMO Nesbitt Burns

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer